Fré­dé­ric Ca­no au ser­vice du jeu

La Montagne (Brive) - - Sporetus Ro E2u0 Ro 162016 - Ré­gi­nald Ma­rie re­gi­nald.ma­rie@cen­tre­france.com

Fré­dé­ric Ca­no ar­bitre ac­tuel­le­ment son deuxième Eu­ro. Fier de prendre part à un grand tour­noi en France, l’ar­bitre as­sis­tant haut-vien­nois, qui af­fiche une grande ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale, ira aux JO à Rio et es­père ter­mi­ner sa car­rière avec une Coupe du monde en 2018.

Ce soir, au Parc des Princes, Fré­dé­ric Ca­no re­vê­ti­ra pour la deuxième fois sa te­nue of­fi­cielle d’ar­bitre de l’eu­ro 2016. Aux cô­tés de Clé­ment Tur­pin, Ni­co­las Da­nos, Fre­dy Fau­trel et Be­noît Bas­tien, l’« homme en noir » li­mou­sin as­su­re­ra la touche pour la ren­contre Al­le­magne ­ Ir­lande du Nord. Ar­bi­trer un grand tour­noi in­ter­na­tio­nal en France, c’est une grande fier­té pour l’homme de 42 ans, le plus ex­pé­ri­men­té de l’équipe ar­bi­trale fran­çaise. Lui qui ar­bitre au ni­veau in­ter­na­tio­nal de­puis 2008 après avoir gra­vi tous les éche­lons na­tio­naux.

His­toire de fa­mille

D’abord joueur dans le club de sa com­mune, Saint­brice­sur­vienne, le Haut­vien­nois s’oriente vers l’ar­bi­trage à l’âge de 16 ans. « Mon père était ar­bitre au ni­veau dé­par­te­men­tal. J’ai donc sui­vi cette vo­ca­tion en étant d’abord ar­bitre cen­tral, ex­plique Fré­dé­ric Ca­no. Mais pour goû­ter au haut ni­veau, je sa­vais que c’était plus dif­fi­cile comme ar­bitre de champ car j’ai per­cé sur le tard. Je me suis donc orien­té vers la touche. » Et bien lui en a pris, car le Li­mou­sin va connaître une as­cen­sion ful­gu­rante en l’es­pace de quelques an­nées. CFA, Na­tio­nal, Ligue 2, Ligue 1 à partir de l’été 2005 avant de dé­cou­vrir la scène eu­ro­péenne en 2008, après avoir ob­te­nu le sta­tut in­ter­na­tio­nal d’ar­bitre FI­FA. « Le corps des ar­bitres as­sis­tants était vieillis­sant et il y avait be­soin d’un re­nou­vel­le­ment. J’avais le bon pro­fil car en plus je par­lais l’an­glais et l’es­pa­gnol. » Cette même an­née, en plus d’ar­bi­trer ses pre­miers matches de Coupe d’eu­rope, il est sé­lec­tion­né pour les JO de Pé­kin. « Un rêve éveillé ».

De­mi-fi­nale de l’eu­ro 2012

En 2012, le Saint­bri­çois touche du doigt le très haut ni­veau en par­ti­ci­pant à son pre­mier cham­pion­nat d’eu­rope. Avec Sté­phane Lan­noy au centre, il di­ri­ge­ra trois ren­contres dont la de­mi­fi­nale Al­le­magne ­ Ita­lie. Quatre ans plus tard, il est re­te­nu pour un deuxième Eu­ro. En France, ce­rise sur le gâ­teau. « Faire cet Eu­ro, ça a tou­jours été un ob­jec­tif et je suis fier de pou­voir le faire, en France en plus. Je suis dé­ter­mi­né pour faire du mieux pos­sible. Nous sommes des out­si­ders par rap­port à d’autres ar­bitres et nous ven­drons chè­re­ment notre peau. »

Pour mettre toutes les chances de son cô­té, Fré­dé­ric Ca­no a choi­si de s’as­so­cier à la va­leur mon­tante de l’ar­bi­trage fran­çais, Clé­ment Tur­pin. Et c’est avec le Bour­gui­gnon d’ori­gine eu­ré­lienne qu’il a les meilleures cartes pour ac­com­plir son der­nier grand ob­jec­tif : par­ti­ci­per à son pre­mier Mon­dial en 2018. En at­ten­dant, le Li­mou­sin se concentre sur l’eu­ro avant d’ar­bi­trer aux JO de Rio. Pour Fré­dé­ric Ca­no, l’été s’an­nonce très chaud. ■

DÉ­SI­GNA­TION. Fré­dé­ric Ca­no ar­bi­tre­ra ce soir son 5e match en phases fi­nales d’eu­ro. Il re­trou­ve­ra l’al­le­magne pour la 3e fois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.