« Le pu­blic a un rôle à jouer » pour Ro­bert, fi­dèle sué­dois

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 - Ju­lien Ben Boua­li

Le lun­di 13 juin, si les Sué­dois fai­saient une en­trée bien ti­mide dans l’eu­ro 2016 sur le ter­rain, avec un nul (1-1) face à l’ir­lande, dans les tri­bunes, les Scan­di­naves mar­quaient les es­prits.

Op­po­sé à la cé­lèbre « Green Ar­my », qui a pour ha­bi­tude de suivre l’ir­lande par­tout dans le monde, le peuple sué­dois ré­pon­dait par un su­perbe mur de 20.000 fi­dèles tout de jaune et bleu vê­tu. De quoi écra­ser les dé­bats vi­suel­le­ment dans un Stade de France qui pous­sait prin­ci­pa­le­ment Zla­tan et sa bande.

Il faut dire que les Sué­dois prennent leur rôle de sup­por­ters très au sé­rieux. Ha­bi­tué des matches de sa sé­lec­tion à la Friends Arena de Sol­na, Ro­bert s’est don­né pour mis­sion de­puis plu­sieurs an­nées d’en­cou­ra­ger ses joueurs par­tout en Eu­rope lors des grandes com­pé­ti­tions. Après l’au­triche en 2008 et l’ukraine en 2012, le jeune homme de Stock­holm, âgé d’une tren­taine d’an­nées, a donc en­chaî­né un troi­sième Eu­ro de suite cette an­née. « Plus que la ma­jo­ri­té des joueurs », lan­çait­il avec hu­mour avant le duel contre l’ir­lande.

« Une fête d’al­ler au stade »

Mais se dé­pla­cer au stade n’est pas l’unique mis­sion de Ro­bert. « On vient pour en­cou­ra­ger l’équipe, la pous­ser par tous les moyens. Le pu­blic a un rôle à jouer », as­su­rait­il. Et pour se faire, maillot, ma­quillage, per­ruque, tout est bon tant que c’est en jaune et bleu. « C’est une fête d’al­ler au stade, donc on s’ha­bille en consé­quence. Pour moi, ça fait par­tie du plai­sir de suivre l’équipe. »

Et le sa­voir­faire est là. Car, à la mi­temps, Ro­bert ap­pa­raît sur l’écran géant du Stade de France. L’UEFA l’a dé­si­gné « sup­por­ter du match ».

Pas celle qu’il vi­sait, mais une vic­toire tout de même… ■

13 JUIN. Ro­bert a as­sis­té à Suède - Ir­lande à Saint-de­nis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.