Le par­cours sin­gu­lier d’un ser­vi­teur de l’état

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Gaul­liste de gauche pas­sé au so­cia­lisme, homme d’ordre mais aus­si de dia­logue, Ed­gard Pi­sa­ni, dé­cé­dé lun­di soir à l’âge de 97 ans, a été une fi­gure mar­quante de la Ve Ré­pu­blique.

Grand spé­cia­liste des ques­tions agri­coles et eu­ro­péennes, ex­pert écou­té sur le tiers­monde et les col­lec­ti­vi­tés lo­cales, il était aus­si connu pour avoir été dé­lé­gué du gou­ver­ne­ment so­cia­liste en Nou­velle­ca­lé­do­nie, se­couée dans les an­nées 80 par la re­ven­di­ca­tion in­dé­pen­dan­tiste.

Por­tant barbe et lu­nettes, ce géant de près de 2 m était un as de la né­go­cia­tion, au ca­rac­tère in­dé­pen­dant et à l’es­prit in­ven­tif. L’an­cien pré­sident Va­lé­ry Gis­card d’es­taing n’hé­si­tait pas à l’ap­pe­ler « mon cher Sul­ly », en ré­fé­rence au très as­tu­cieux su­rin­ten­dant des Fi­nances d’hen­ri IV.

S’il lui ar­ri­vait de re­ven­di­quer le droit à l’uto­pie, il as­su­rait tou­te­fois pra­ti­quer dans ses fonc­tions « l’art du pos­sible ». Cha­leu­reux, il avait le goût du ter­rain et de la palabre mais, pro­vo­ca­teur et très conscient de ses émi­nentes qua­li­tés in­tel­lec­tuelles, il ne pas­sait pas pour un fin stra­tège po­li­tique.

En 1980, ce proche de Mi­chel Ro­card, qui se dé­fi­nis­sait comme un « ré­vol­té non ré­vo­lu­tion­naire », avait dit qu’en cas de vic­toire de François Mit­ter­rand en 1981, il irait « pê­cher à la ligne ».

Bi­zar­re­ment, le fu­tur pré­sident, qui ne l’ai­mait guère, ne lui en tint fi­na­le­ment pas trop ri­gueur. « J’ai tou­jours été so­li­taire et sans cal­cul », di­sait Ed­gard Pi­sa­ni, se qua­li­fiant d’« in­clas­sable ».

Né le 9 oc­tobre 1918 à Tunis, il y a pas­sé sa jeu­nesse, dans une fa­mille d’ori­gine mal­taise. Li­cen­cié ès lettres, Ed­gard Pi­sa­ni est un ré­sis­tant ac­tif. Son rôle dans la li­bé­ra­tion de la pré­fec­ture de Pa­ris lui vau­dra d’être dis­tin­gué par le Conseil na­tio­nal de la Ré­sis­tance.

Il est le ben­ja­min du corps pré­fec­to­ral lors­qu’il est nom­mé pré­fet, à 28 ans, de la Haute­loire. Il l’est en­suite de la Hau­teMarne. Il en est sé­na­teur de 1954 à 1961 (Gauche dé­mo­cra­tique), puis de 1974 à 1981 sous l’éti­quette PS, au­quel il a adhé­ré en 1975.

Mi­nistre de l’agri­cul­ture de 1961 à 1965 puis mi­nistre de l’équi­pe­ment en 1966, il dé­mis­sionne avec éclat du gou­ver­ne­ment Pom­pi­dou en avril 1967, pour pro­tes­ter contre la pro­cé­dure des or­don­nances. Il est élu en 1979 dé­pu­té eu­ro­péen (liste PSMRG). Deux ans plus tard, le gou­ver­ne­ment Mau­roy le nomme Com­mis­saire eu­ro­péen char­gé du dé­ve­lop­pe­ment. ■

PHO­TO AFP

DÉ­CÈS. 97 ans. Ed­gard Pi­sa­ni avait

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.