Tou­jours par­tant pour prendre le vo­lant

Au­jourd’hui con­sul­tant spor­tif pour Eu­ro­sport et L’équipe 21, Hen­ri Pes­ca­ro­lo se fait tou­jours plai­sir au vo­lant de sa Triumph TR3. Sa­me­di, il pren­dra le dé­part du Creusekistan : une pre­mière pour l’an­cien pi­lote, qui par­ta­ge­ra la dé­cou­verte avec sa moi­ti

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité - Sé­ve­rine Per­rier

La Creuse, il connaît. Les ral­lyes aus­si. Mais ce se­ra quand même une pre­mière, ce wee­kend, pour l’an­cien pi­lote au­to­mo­bile Hen­ri Pes­ca­ro­lo. « Ce sont deux amis, deux très vieux co­pains, Jean­pierre Ja­bouille et Jean­paul Ren­voi­zé, qui s’en oc­cupent. Ils m’ont par­lé de ce pe­tit ral­lye ami­cal dans une ré­gion que j’aime beau­coup : à l’époque de Ma­tra, il y a qua­rante ans, on al­lait sou­vent sur le cir­cuit de Bar­di­non au Mas­du­clos (sur la com­mune de SaintA­vit­de­tardes, en Creuse ).»

Au­jourd’hui ran­gé des cir­cuits, Hen­ri Pes­ca­ro­lo a gar­dé plus que des con­tacts avec le monde au­to­mo­bile. Con­sul­tant pour les chaînes de té­lé­vi­sion Eu­ro­sport et L’équipe 21, il com­men­tait en­core les 24 Heures du Mans le week­end der­nier. Un cir­cuit qu’il connaît comme sa poche. Mais l’homme n’est pas du genre à re­gar­der dans le ré­tro. Ni à s’at­tar­der sur ses re­cords.

« Je chasse, je pêche, je fais des ral­lyes… Je vis ! »

« Je viens d’une fa­mille où le sport au­to­mo­bile était in­con­nu mais mon père ai­mait les belles voi­tures. Il avait une Triumph TR3 et je me suis dé­cou­vert un cer­tain don pour l’uti­li­ser. Je ne pen­sais pas du tout faire de la com­pé­ti­tion, ce fut un ha­sard com­plet. Je vou­lais suivre la voie de mon père en fai­sant mé­de­cine. Et en 1964, il y a eu une opé­ra­tion de pro­mo­tion lan­cée en France car il n’y avait plus de pi­lotes et comme je m’amu­sais bien au vo­lant d’une au­to… Après, il faut de bons ré­sul­tats pour conti­nuer, mais c’est sur­tout une suc­ces­sion de ha­sards. Il faut être au bon en­droit au bon mo­ment. »

Le ha­sard a moins bien fait les choses quand Pes­ca­ro­lo a fon­dé sa propre écu­rie en 2000… « Pour des rai­sons spor­ti­vo­éco­no­miques, j’ai ar­rê­té il y a quelques an­nées. Il fal­lait des ré­sul­tats pour trou­ver des spon­sors : tous ces rè­gle­ments ont sa­cri­fié les écu­ries pri­vées. Mais je ne suis plus tout jeune. Il était temps pour moi de pas­ser à autre chose : je chasse, je pêche, je fais des ral­lyes. Je vis quoi ! ».

Ce week­end, Pes­ca­ro­lo pren­dra le temps de vivre au rythme creu­sois. Aux cô­tés de son épouse Ma­die ­ « c’est la pre­mière fois que je fais un ral­lye avec ma femme » ­ il pren­dra aus­si le temps de re­dé­cou­vrir les charmes d’une ré­gion qu’il connaît bien. Au vo­lant de sa Triumph TR3, « une voi­ture à la­quelle je tiens beau­coup. À 12 ans, c’était la pre­mière voi­ture avec la­quelle je m’amu­sais dans les al­lées du parc de mon père ». Un pe­tit tour sur la route des sou­ve­nirs aux al­lures de pro­me­nade de san­té pour l’an­cien pi­lote qui dé­tient tou­jours le re­cord de par­ti­ci­pa­tions (33) aux 24 Heures du Mans. ■

PHO­TO DR

TAN­DEM. Hen­ri Pes­ca­ro­lo dé­cou­vri­ra le Creusekistan, ce week-end, aux cô­tés de son épouse, dans sa Triumph TR3.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.