Co­man fla­shé à pleine vi­tesse sur l’au­to­route des Bleus

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

À 20 ans à peine, l’ai­lier King­sley Co­man brûle al­lè­gre­ment toutes les étapes de­puis ses dé­buts en équipe de France, au point d’être, aux yeux de Di­dier Des­champs, la pre­mière so­lu­tion al­ter­na­tive pour l’at­taque des Bleus dans cet Eu­ro.

Le chiffre, im­pres­sion­nant, illustre sa tra­jec­toire ex­press chez les Tri­co­lores : fla­shé à 32,8 km/h, Co­man est à ce jour le plus ra­pide des joueurs du tour­noi, se­lon L’UEFA. Une pointe de vi­tesse re­le­vée di­manche der­nier lors du match contre la Suisse (0­0), que Co­man a dé­bu­té, comme il avait com­men­cé la ren­contre face à l’al­ba­nie : le pied au plan­cher.

Ces deux ti­tu­la­ri­sa­tions, pour ce­lui qui est de­ve­nu contre la Rou­ma­nie (2­1) le plus jeune joueur de l’his­toire de l’équipe de France à par­ti­ci­per à une phase fi­nale, en disent long sur sa cote au­près de Des­champs. Pour­tant dans la hié­rar­chie des at­ta­quants, en met­tant à part les avant­centres, Co­man par­tait as­sez loin der­rière An­toine Griez­mann, Di­mi­tri Payet et An­tho­ny Mar­tial son « ju­meau de 20 ans ». Ce qui n’in­hibe nul­le­ment Co­man, ha­bi­tué à jaillir de nulle part pour griller la po­li­tesse à la concur­rence re­le­vée du Bayern Mu­nich (Dou­glas Cos­ta, Ar­jen Rob­ben, Franck Ri­bé­ry, tout de même...).

Coups d’éclats

Les fans de foot ont en­core en mé­moire son en­trée en jeu face à la Ju­ven­tus Tu­rin en 8e de fi­nale re­tour de la Ligue des cham­pions. Un but, une passe dé­ci­sive, et une avant­der­nière passe : Co­man a ren­ver­sé à lui seul la « Vieille Dame », qui a pour­tant me­né 2­0, et of­fert la qua­li­fi­ca­tion aux Mu­ni­chois (4­2 a.p.).

Sur le coup, Co­man n’a pas fait de sen­ti­ment, lui qui ap­par­tient à la Ju­ven­tus et a été prê­té au Bayern pour deux sai­sons, avec une op­tion d’achat à le­ver. Comme il n’avait pas fait de sen­ti­ment pour quit­ter le Pa­ris SG, guère en­clin à lui faire une place dans son ef­fec­tif plé­ tho­rique, pour re­joindre Tu­rin à l’été 2014.

Bien lui en a pris, au vu de sa pro­gres­sion en flèche qui lui a ou­vert les portes de l’équipe de France en no­vembre 2015. Il n’a pas fal­lu long­temps à DD pour « voir ». Co­man a été rap­pe­lé en mars et in­clus par­mi les 23 comme une évi­dence, rem­por­tant le sprint fi­nal no­tam­ment de­vant Ha­tem Ben Ar­fa pour­tant plé­bis­ci­té et fi­na­le­ment ré­ser­viste.

A l’eu­ro, Co­man a confir­mé sur le ter­rain son sens de l’of­fen­sive. Et si ses vel­léi­tés ne se sont pas en­core tra­duites par une passe dé­ci­sive ou un but, sa forme du mo­ment en fait à pré­sent un ti­tu­laire bis, même si Des­champs de­vrait re­con­duire le trio Payet­gi­roud­griez­mann lors du 8e de fi­nale, di­manche à Lyon. ■

SU­PER REM­PLA­ÇANT. Le ca­det des Bleus a pré­ve­nu : « Je n’en­vi­sage pas le sta­tut de su­per­sub ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.