De Payet à... Ki­ra­ly, les stars du tour­noi

De Di­mi­tri Payet et ses ac­tions ve­nues d’ailleurs à Ga­bor Ki­ra­ly et son sur­vêt-py­ja­ma, ils ont mar­qué, pas­sé, ou tout sim­ple­ment por­té leur équipe : cinq joueurs ont fait l’ac­tua­li­té de la phase de poules de l’eu­ro.

La Montagne (Brive) - - Sports L'Actu Nationale -

Di­mi­tri Payet (France). Sa frappe lu­mi­neuse du gauche dans la lu­carne rou­maine à quelques di­zaines de se­condes de la fin a lan­cé le tour­noi et dé­li­vré une équipe de France pa­ra­ly­sée par la pres­sion lors du match d’ou­ver­ture. Dé­jà au­teur de la passe dé­ci­sive sur le pre­mier but d’oli­vier Gi­roud, le Réu­nion­nais a fon­du en larmes en re­ce­vant l’ova­tion du Stade de France. Un an après avoir été écar­té de la sé­lec­tion après une dé­faite pi­teuse en Al­ba­nie (1­0), il a bou­clé la boucle en scel­lant la qua­li­fi­ca­tion des Bleus contre ces mêmes Al­ba­nais (2­0), avant d’être à deux doigts d’ins­crire le but du tour­noi d’une vo­lée qui a fra­cas­sé la barre contre la Suisse (2­0). Comme les sup­por­ters de son club West Ham, ses par­te­naires en Bleu peuvent chan­ter : « We’ve got Payet (Nous avons Payet) ». Il lui reste dans l’idéal quatre matchs pour confir­mer la suite de la chan­son : « Il est meilleur que Zi­dane ».

Ga­reth Bale (pays de Galles). Ar­ri­vé sur la lan­cée d’une deuxième vic­toire en Ligue des cham­pions avec le Real Ma­drid, Bale a dé­mar­ré le tour­noi pied au plan­cher et n’a pas dé­cé­lé­ré. Un pre­mier coup franc splen­dide pour lan­cer le pre­mier suc­cès des Gal­lois dans un Eu­ro contre la Slo­va­quie (2­1). Un se­cond qui n’a pas suf­fi face à l’an­gle­terre (dé­faite 2­1). Et un troi­sième but en contre pour scel­ler la vic­toire sur la Rus­sie (3­0) sy­no­nyme de qua­li­fi­ca­tion his­to­rique pour les 8es de fi­nale. Trois matchs, trois buts et une place en tête du clas­se­ment des buteurs avec Al­va­ro Mo­ra­ta.

Andres Inies­ta (Es­pagne). Les an­nées n’ont pas de prise sur le chef d’or­chestre de la Ro­ja. Or­phe­lin de son com­père Xa­vi, Inies­ta, 32 ans, conti­nue de battre le rythme, à la ba­guette de la sé­lec­tion es­pa­gnole avec la­quelle il dis­pute son sixième grand tour­noi. Seul bé­mol : une pres­ta­tion en de­mi­teinte mar­di lors de la dé­faite contre la Croa­tie (2­1).

Ki­ra­ly, le gar­dien hon­grois en py­ja­ma

Mais il avait réus­si au­pa­ra­vant un ré­ci­tal lors des vic­toires contre la Ré­pu­blique tchèque (1­0) et la Tur­quie (3­0). Son point d’orgue : ce mou­ve­ment col­lec­tif su­blime contre les Turcs, où il touche six fois le bal­lon avant de trans­per­cer la dé­fense avec une passe lu­mi­neuse pour Jor­di Al­ba, qui offre à Al­va­ro Mo­ra­ta le bal­lon du 3e but.

Lu­ka Mo­dric (Croa­tie). Si la Croa­tie est lan­cée sur une voie royale dans cet Eu­ro, elle le doit en bonne par­tie au mi­lieu du Real. Sa vo­lée ma­gis­trale a dé­blo­qué le match contre la Tur­quie (1­0) et son équipe me­nait de deux buts contre la Ré­pu­blique tchèque, avant de se dé­li­ter après sa sor­tie sur bles­sure (2­2). In­suf­fi­sam­ment re­mis pour af­fron­ter l’es­pagne, Mo­dric a réus­si être in­fluent de­puis le banc. Lorsque l’es­pagne a ob­te­nu un pé­nal­ty à 1­1, il a fait pas­ser un mes­sage à Da­ni­jel Su­ba­sic pour lui ex­pli­quer les ha­bi­tudes de son par­te­naire au Real, Ser­gio Ra­mos. Ré­sul­tat : le gar­dien a re­pous­sé la frappe de l’es­pa­gnol et 15 mi­nutes plus tard Pe­ri­sic mar­quait le but d’une vic­toire qui en­voie la Croa­tie dans la par­tie de ta­bleau dé­ser­tée par les fa­vo­ris.

Ga­bor Ki­ra­ly (Hon­grie). Il n’a pas tou­jours été ir­ré­pro­chable, à l’image de ce pé­nal­ty pro­vo­qué contre l’is­lande (1­1) à la suite d’une sor­tie ra­tée. Mais le gar­dien en « py­ja­ma », in­va­ria­ble­ment vê­tu de son im­payable bas de jog­ging gris, avait dé­goû­té les Au­tri­chiens (2­0) pour pré­ser­ver la pre­mière vic­toire de la Hon­grie à l’eu­ro de­puis 1964. Un match au cours du­quel il est de­ve­nu le plus vieux joueur à dis­pu­ter un match de phase fi­nale dans l’his­toire de l’eu­ro, à 40 ans et 75 jours. ■

INIES­TA. L’es­pa­gnol, bien qu’or­phe­lin de son com­père, Xa­vi, mène la Ro­ja à la ba­guette.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.