Une vie en « ciel et blanc »

Cha­van­cy face aux Tou­lon­nais, de­main (20 h 45)

La Montagne (Brive) - - Sports L'Actu Nationale -

Chaque week-end de ces 17 der­nières an­nées, le centre Hen­ry Cha­van­cy a trim­bal­lé le maillot « ciel et blanc » du Ra­cing d’une pe­louse à l’autre, en at­ten­dant une pre­mière apo­théose, de­main soir (20 h 45) en fi­nale du Top 14, contre Tou­lon à Bar­ce­lone.

C’est l’en­fant du club, ce­lui que l’on met vo­lon­tiers en avant quand il s’agit de rap­pe­ler d’où vient le Ra­cing, ce qu’il re­pré­sente et ce que l’équipe porte comme pro­messes.

Hen­ry Cha­van­cy, né à Stras­bourg il y a 28 ans, a tout vé­cu de l’his­toire ré­cente du Ra­cing, d’abord mar­quée par un lent dé­clin après les an­nées do­rées du titre de 1990.

« Le Ra­cing, ce sont les riches »

« Je me sou­viens que dès qu’on se dé­pla­çait, on était per­çu non seule­ment comme les Pa­ri­siens, mais sur­tout comme les bour­geois pa­ri­siens », ajoute­til. « Alors que quand tu viens chez nous, Co­lombes c’est entre les barres d’im­meubles. Mais dans l’ima­gi­naire col­lec­tif, le Ra­cing ce sont les riches. »

La sec­tion rug­by du Ra­cing vé­gète et doit s’unir à L’US Mé­tro en 2001, avant que l’ar­ri­vée de Ja­cky Lo­ren­zet­ti en 2006 ne ra­vive en­fin les cou­leurs du club. Cha­van­cy (1,81 m, 92 kg) in­tègre de son cô­té l’ef­fec­tif pro en 2007 tout en me­nant pa­ral­lè­le­ment des études de commerce à Pa­ris.

« Il fal­lait voir où était le club il y a dix ans », sou­ligne en­core Cha­van­cy. « Le travail que fait Ja­cky Lo­ren­zet­ti et ses col­la­bo­ra­teurs est énorme. J’ai évo­lué dans la pre­mière pro­mo­tion du centre de for­ma­tion et je peux vous dire que ça n’a plus rien à voir au­jourd’hui. Enor­mé­ment de jeunes sont dans les équipes de France. »

Après des dé­buts en mars 2008 face à Au­rillac, Cha­van­cy s’im­pose peu à peu comme un in­con­tour­nable alors que les stars dé­filent d’une an­née à l’autre. Il est de toutes les grandes étapes du club, du titre de cham­pion de Pro D2 en 2009, au bar­rage per­du contre Cler­mont l’an­née sui­vante (21­17) ; de la de­mie cé­dée d’un rien face à Mont­pel­lier en 2011 (26­25) à l’amer quart de fi­nale de Coupe d’eu­rope contre les Sa­ra­cens il y a un an (12­11) ; et, bien sûr, de la fi­nale ra­tée contre ces mêmes An­glais mi­mai (21­9).

« Peut-être que le mo­ment est ve­nu »

« On est mon­té à peu près en même temps que Tou­lon qui a gran­di bien plus vite que nous et qui a su conqué­rir bien des titres. Peut­être que le mo­ment est ve­nu de rem­plir à notre tour l’ar­moire à tro­phées », glisse­t­il.

En at­ten­dant, lui qui est le « par­rain » de la star Dan Car­ter vante sur­tout à l’en­vi « l’os­mose » du Ra­cing 2016, mûr pour un sacre. « On ne va pas al­ler à Bar­ce­lone en tou­riste pour re­gar­der le stade et faire des pho­tos », pro­met­il. ■

Tou­lon. Le centre néo-zé­lan­dais du RC Tou­lon Ma’a No­nu, vic­time d’un KO en de­mi-fi­nale sa­me­di der­nier, a dé­cla­ré for­fait

PHO­TO D’ARCHIVES R. BRUNEL

RA­CING 92. Pour Hen­ry Cha­van­cy (ici face à Rou­ge­rie ), « le Ra­cing c’est ma deuxième fa­mille ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.