Le­çons de haute­fi­dé­li­té

La Montagne (Brive) - - Musique -

vais­seau spa­tial ex­plique Ra­phaël Pi­chon, et on se de­mande bien com­ment on va faire pour le rem­plir »… « Mais on sait tou­jours qu’on va y faire de la belle mu­sique » ter­mine Fran­çoise Las­serre.

En 2006, le chef de Pyg­ma­lion y a donc fait ses dé­buts… re­pous­sés de quelques mi­nutes : « Bras en l’air, je suis prêt mais je constate un lé­ger trouble dans le re­gard des pre­miers vio­lons : ils ont ou­blié leurs par­ti­tions dans les loges. Je me rap­pelle de la co­lère de Jean­mi­chel Ma­thé mais pas au­tant de cet élan qu’il me donne pour en­trer en scène. L’iden­ti­té de Pyg­ma­lion, celle de dé­fendre Bach et son hé­ri­tage, s’est aus­si cons­truite là. » La preuve quelques an­nées plus tard, même en­droit, avec Elias de Men­dels­sohn ou un Re­quiem al­le­mand à deux pia­nos.

Jean­claude Mal­goire écoute le « jeune Pi­chon » avec bien­ veillance : « Il fait bien et sans co­pier. Moi je suis ve­nu au moins vingt fois à la Chai­seDieu. La pre­mière fois en 1977, pour jouer Ra­meau avec plus de sens. Dix ans après, on s’at­ta­quait à Mo­zart. La prise de conscience au ni­veau de l’in­ter­pré­ta­tion est to­tale et au­jourd’hui, elle se pose pour De­bus­sy et Wa­gner. Sans re­nier le travail des or­chestres mo­dernes qui est une fa­çon de faire vivre le ré­per­toire avec son temps, je veux juste faire son­ner la mu­sique comme les com­po­si­teurs l’avaient ima­gi­née, ex­plo­rer tous les che­mins pour tou­cher cette vé­ri­té. »

Mu­sique vi­vante

Même pos­ture pour Ra­phaël Pi­chon mais un ob­jec­tif ré­vi­sé : « Jean­claude a com­pris qu’il fal­lait cas­ser une tra­di­tion que le XIXE siècle et une grande par­tie du XXE avaient lais­sé s’ins­tal­ler. Il fal­lait avoir un es­prit ré­vo­ lu­tion­naire qui n’est pas le mien et qui ne m’ins­pire pas. Je ne me pose plus la ques­tion de sa­voir s’il faut jouer comme ça : je sais que c’est ain­si. J’ai main­te­nant la res­pon­sa­bi­li­té que le ba­roque ne re­tourne plus dans la tra­di­tion, trou­ver sans cesse le moyen de le faire vivre en se cas­sant la tête pour trou­ver une nou­velle so­no­ri­té qui a d’ailleurs des siècles. Elle doit trans­cen­der l’oeuvre. »

Le trio se sé­pare en sou­riant d’une blague au­tour du haut­bois de chasse, ins­tru­ment re­ve­nu de l’ou­bli et qui échappe à l’en­ten­de­ment. Ils ont souf­fert de son hu­meur chan­geante : « Le mec der­rière, c’est peu­têtre le tueur de l’ins­tru­ment, mais si ce jour­là il a la bouche pâ­teuse ou si l’air est hu­mide, c’est le couac. Ça fu­sille une in­ter­pré­ta­tion, dé­sole le pu­blic, rend fou le chef mais c’est bien le signe qu’il n’y a rien de plus vi­vant que cette mu­sique. » ■ Les in­vi­tés Le fes­ti­val de La Chaise-dieu (Haute-loire) fê­te­ra son 50e an­ni­ver­saire du 18 au 28 août. Cette édi­tion est mar­quée par une grande ré­tros­pec­tive avec no­tam­ment le concert d’ou­ver­ture, re­prise par l’or­chestre na­tio­nal d’île-de-france et le pia­niste Pas­cal Amoyel du pre­mier « grand concert sym­pho­nique » de G. Czif­fra et G. Czif­fra Jr, don­né le 25 sep­tembre 1966. L’élan sym­pho­nique se­ra éga­le­ment por­té par le Ber­li­ner Sym­pho­ni­ker (dir. Amau­ry du Clo­sel), la Chambre Phil­har­mo­nique (dir. Em­ma­nuel Kri­vine), l’or­chestre na­tio­nal de Lyon et ce­lui de Lor­raine (dir. Jacques Mer­cier) en com­pa­gnie de deux choeurs sud­co­réens. Nou­veaux ré­per­toires et es­thé­tiques aus­si avec la Mi­sa Criol­la de Ra­mi­rez (par le Choeur de chambre de Pam­pe­lune et La Chi­me­ra). Le fes­ti­val af­firme sa mo­der­ni­té en ac­cueillant le Choeur Brit­ten (dir. Ni­cole Cor­ti) qui vien­dra ache­ver son cycle de 31 créa­tions avec des pièces de Gué­ri­nel, Ca­nat de Chi­zy mais éga­le­ment une nou­velle ver­sion du Ma­gni­fi­cat de Phi­lippe Her­sant. Le com­po­si­teur fran­çais se­ra éga­le­ment joué par l’or­chestre de chambre de Bâle (Fan­tai­sies sur le nom de Sa­cher) pla­cé sous la di­rec­tion de Re­naud Ca­pu­çon, l’un des in­vi­tés de pres­tige du fes­ti­val au cô­té du vio­lo­niste Svet­lin Rous­sev, des pia­nistes Alexan­der Ghin­din, Ka­tia et Marielle La­bèque ou le cla­ri­net­tiste Ra­phaël Sé­vère dans deux pro­grammes Mo­zart l’un avec l’or­chestre d’auvergne, l’autre avec le Qua­tuor Pra­zak. Cô­té mu­sique an­cienne, outre le trio Pi­chon-las­serre-mal­goire, il faut no­ter deux grands re­tours : les Ga­brie­li Con­sort & Players de Paul Mcc­reesh et le Col­le­gium & Col­le­gium Vo­cale 1704 (dir. Va­clav Luks). Au re­gistre des en­sembles en­core jeunes mais dé­jà ad­mi­rables : Cor­res­pon­dances (dir. Sé­bas­tien Dau­cé), Le Ban­quet cé­leste de Da­mien Guillon, et le Concert de la Loge de Ju­lien Chau­vin. Her­vé Ni­quet et son Concert spi­ri­tuel se char­ge­ront du fi­nal avec Haen­del. Pratique Concerts à La Chaise-dieu, Le Puy-en-ve­lay, Brioude, Saintpau­lien, Cha­ma­lières-sur-loire, Am­bert et La­vau­dieu. Ta­rifs : de 8 € à 85 € (nom­breuses pos­si­bi­li­tés d’abon­ne­mets). Plus sur www.chaise-dieu.com

PHO­TO PIERRE-OLI­VIER FEB­VRET

TRIO. Jean-claude Mal­goire, Ra­phaël Pi­chon et Fran­çoise Las­serre… 90 ans de car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.