Le pé­do­phile hors norme écope de 16 ans

Thier­ry Da­ran­tière a vio­lé ou agres­sé sexuel­le­ment au moins 66 gar­çons

La Montagne (Brive) - - Jeux -

Thier­ry Da­ran­tière a été condam­né à 16 ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle, hier, par les as­sises de Ver­sailles, pour avoir vio­lé ou agres­sé sexuel­le­ment au moins 66 gar­çons au Sri Lan­ka, en Tu­ni­sie et en Égypte, dans un dos­sier « hors normes » de pédophilie.

La peine de Thier­ry Da­ran­tière, 52 ans, est as­sor­tie d’une in­jonc­tion de soins dans le cadre d’un sui­vi so­cio­ju­di­ciaire de dix ans. Ce ver­dict, ren­du après plus de cinq heures de dé­li­bé­ra­tions, est in­fé­rieur aux ré­qui­si­tions de l’ac­cu­sa­tion, 18 ans de ré­clu­sion.

« Ces viols, par leur du­rée, leur fré­quence, le cy­nisme (de l’ac­cu­sé), le contexte hu­ma­ni­taire, sont hors normes », avait lan­cé l’avo­cat gé­né­ral. Ce sen­ti­ment est par­ta­gé par les en­quê­teurs et les as­so­cia­tions par­ties ci­viles.

Ju­gé de­puis lun­di, Thier­ry Da­ran­tière a re­con­nu les faits, sans pou­voir éva­luer le nombre de ses vic­times ni ex­clure qu’elles puissent être plus nom­breuses.

Le FBI avait re­pé­ré cet an­cien di­rec­teur d’une mai­son de re­traite ca­tho­lique des Yve­lines sur in­ter­net en 2011. La po­lice fran­çaise l’avait in­ter­pel­lé l’an­née sui­vante.

Dans les disques durs sai­sis chez lui, des mil­liers de pho­to­gra­phies et des cen­taines de vi­déos le met­tant en scène avec des mi­neurs, lors de voyages en Tu­ni­sie, en Égypte et au Sri Lan­ka, où il s’était ren­du à de nom­breuses re­prises après le tsu­na­mi de 2004 pour le compte de deux as­so­cia­tions hu­ma­ni­taires.

Consom­ma­tion

Au to­tal, sur dix ans, 41 vic­times de 6 à 17 ans ont été re­cen­sées en Tu­ni­sie, 19 au Sri Lan­ka, six en Égypte. Seul le Sri Lan­ka a co­opé­ré avec la jus­tice fran­çaise, per­met­tant de mettre un nom sur le vi­sage de neuf en­fants. L’ac­cu­sé « n’a fait autre chose que de consom­mer, ré­duire les en­fants au sta­tut d’ob­jet de plai­sir […] et d’ob­jet de vice », « vice dont l’es­ca­lade n’a été stop­pée que grâce à son in­ter­pel­la­tion », a lâ­ché l’avo­cat gé­né­ral. Cer­tains sé­vices « se rap­prochent dan­ge­reu­se­ment » d’actes de tor­tures et de bar­ba­rie, a­t­il ajou­té.

Thier­ry Da­ran­tière avait été condam­né en 2000 en France à un an de pri­son avec sur­sis pour at­teintes sur mi­neurs en Au­triche en 1994.

In­vi­té à s’ex­pri­mer une der­nière fois, Thier­ry Da­ran­tière avait ré­ité­ré, voix bri­sée dans le box des ac­cu­sés, ses « ex­cuses les plus pro­fondes » à ses vic­times et leurs fa­milles pour ses actes « lâches, odieux, avi­lis­sants ».

Se­lon son avo­cat, il ne fe­ra pas ap­pel. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.