Jup­pé « pas en­ga­gé » par les in­ves­ti­tures LR

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Alain Jup­pé, can­di­dat à la pri­maire de la droite, « ne se sent pas en­ga­gé » par les in­ves­ti­tures dé­ci­dées par le par­ti Les Ré­pu­bli­cains (LR), pré­si­dé par Ni­co­las Sar­ko­zy, a af­fir­mé, hier, son di­rec­teur de cam­pagne, Gilles Boyer.

« C’est un pro­ces­sus me­né à la hus­sarde. Il n’y a pas de vo­lon­té d’équi­libre et de ras­sem­ble­ment », a dé­non­cé Gilles Boyer, en af­fir­mant que « l’ac­cord po­li­tique » entre les dif­fé­rents can­di­dats à la pri­maire « n’a pas été res­pec­té ».

Il ne s’agit que de « pré­dé­si­gna­tions », a­t­il te­nu à rap­pe­ler car les in­ves­ti­tures pour les lé­gis­la­tives de 2017 doivent être va­li­dées en dé­cembre, soit après le ré­sul­tat de la pri­maire des 20 et 27 no­vembre.

Si le maire de Bor­deaux em­porte la pri­maire, « il y a des in­ves­ti­tures qui se­ront re­vues », a en­core pré­ve­nu Gilles Boyer, sans dire s’il pen­sait pré­ci­sé­ment à Pa­trick Bal­ka­ny, proche de Ni­co­las Sar­ko­zy, quatre fois mis en exa­men et in­ves­ti dans les Hautsde­seine.

Les can­di­dats jup­péistes ont été « écar­tés », a­t­il sou­li­gné, le cas du jup­péiste Maël de Ca­lan, élu du Fi­nis­tère, étant ge­lé.

Pré­sident du par­ti, Ni­co­las Sar­ko­zy ne s’est pas en­core por­té can­di­dat à la pri­maire, même si c’est « un se­cret de Po­li­chi­nelle » qu’il le se­ra, comme l’a dit, mer­cre­di, la pré­si­dente LR de la ré­gion Île­deF­rance, Va­lé­rie Pé­cresse.

La ques­tion de sa­voir si les in­ves­ti­tures de­vaient être dé­ci­dées avant ou après la pri­maire avait fait l’ob­jet d’un bras de fer il y a quelques se­maines.

Au Mo­dem aus­si

François Bay­rou a éga­le­ment dé­non­cé, hier, l’in­ves­ti­ture ac­cor­dée par Les Ré­pu­bli­cains au dé­pu­té sor­tant Pa­trick Bal­ka­ny, à Le­val­lois­per­ret, pour les lé­gis­la­tives de 2017, an­non­çant qu’il lui op­po­se­rait un can­di­dat Mo­dem.

« On ne peut pas ac­cep­ter que la vie po­li­tique soit dé­va­lo­ri­sée par les ap­pa­reils de par­ti au point de ré­in­ves­tir sys­té­ma­ti­que­ment des gens qui sont ou­ver­te­ment convain­cus d’at­teintes graves à la mo­rale pu­blique et à l’in­té­gri­té qui doit être celle des élus », a dé­cla­ré le maire de Pau. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.