Ro­man de sa­gesse et de tendre hu­ma­ni­té

La Montagne (Brive) - - Magazine Actualité - D. M.

Bref, par­fai­te­ment maî­tri­sé, tendre, sen­sible, ce ro­man de François Béal est une mer­veille à ne pas ra­ter !

On entre dans ce ro­man comme dans un jar­din où s’at­tar­de­raient « des bon­heurs d’au­tre­fois, une mé­lan­co­lie pai­sible » ; on en res­sort les larmes aux yeux.

L’his­toire ? Qu’en dire pour don­ner en­vie de la dé­cou­vrir sans nuire au plai­sir de lec­ture ? Le doc­teur Cler­ge­rie au­rait pu faire une brillante car­rière à Pa­ris, il s’ins­talle à Ar­nac en Li­vra­dois où il a gran­di. On le suit sur quelques an­nées et dé­couvre son autre pas­sion, la rai­son pour la­quelle il fait pas­ser un jour une an­nonce dans Le Chas­seur Fran­çais : ar­ rivent alors des per­son­nages hauts en cou­leur, (presque) tous pé­tris d’une hu­ma­ni­té ré­con­for­tante. Par­fois por­teurs de cha­grins qu’ils ont l’élé­gance de ca­cher sous une ap­pa­rente joie de vivre, une grande éru­di­tion. Il est ques­tion de lit­té­ra­ture, de pein­ture, d’ailleurs et d’ami­tié à chaque page.

Tout à la fin, ap­pa­raît le nar­ra­teur. Il ap­porte la sa­gesse, la dis­tance. Moine, il sait la va­leur de toute chose : « On n’est pas d’ac­cord avec la vie tant qu’on n’est pas d’ac­cord avec la mort », di­sait Via­latte. ■

François Béal. Le Châ­te­lain des Brif­fons. Édi­tions Lu­cien Sou­ny. 122 pages, 12 €.

BÉAL. Grand ad­mi­ra­teur de Via­latte et ro­man­cier de qua­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.