L’eire, ce n’est pas qu’une main en­trée dans la lé­gende

Les Bleus étaient al­lés cher­cher à Du­blin leur qua­li­fi­ca­tion pour le Mon­dial 2006, dé­jà grâce à Hen­ry

La Montagne (Brive) - - Sports - R. C.

Non, l’eire, vue de France, ce n’est pas qu’un contrôle de la main de Thier­ry Hen­ry en­tré dans la lé­gende un soir de 2009, bo­ni­fié par William Gal­las et qui avait pro­pul­sé les Bleus au Mon­dial en Afrique du Sud.

C’est aus­si et sur­tout une mer­veille de frappe en­rou­lée dé­co­chée dé­jà par l’an­cien Gun­ner d’ar­se­nal en sep­tembre 2005 qui avait fi­ni dans la lu­carne de Shay Gi­ven (0­1). Elle n’avait fran­che­ment pas été de trop pour en­voyer les Tri­co­lores à la Coupe du monde en Al­le­magne, ce qui était presque im­pen­sable quelques mois plus tôt.

On se rap­pelle qu’à l’époque Ray­mond Do­me­nech, à court de so­lu­tions, avait sor­ti de leur re­traite trois mo­nu­ments du foot fran­çais : Claude Ma­ke­lele, Li­lian Thu­ram et sur­tout Zi­né­dine Zi­dane. Le trio était d’ailleurs de ce fa­meux match dis­pu­té à Lans­downe Road à la fin de l’été 2005 où Hen­ry avait en­fi­lé le cos­tume de su­per­hé­ros.

Ce suc­cès avait été conquis 52 ans après la pre­mière et unique vic­toire fran­çaise jusque­là en Ir­lande. Mais il n’a peut­être pas la place qu’il mé­rite dans la riche his­toire du foot fran­çais, la faute sans doute à cette sa­ta­née main qu’on res­sor­ti­ra en­core dans dix ou vingt ans dès que l’eire se trou­ve­ra sur le che­min des Bleus.

Guy Sté­phan n’y a d’ailleurs pas cou­pé en confé­rence presse, hier ma­tin. L’ad­joint de Di­dier Des­champs a eu droit à sa ques­tion sur le su­jet, re­la­tive à ce sup­po­sé sen­ti­ment de re­vanche qui ani­me­rait les joueurs ir­lan­dais un peu plus de six ans après les faits. « Sin­cè­re­ment, je ne pense pas », a­t­il as­su­ré. « Il ne reste que deux ou trois joueurs (de l’époque) de chaque cô­té. Beau­coup d’autres fac­teurs avaient contri­bué à la qua­li­fi­ca­tion de l’un ou de l’autre, c’était une pé­ri­pé­tie de match. Je ne pense pas que ça au­ra une im­por­tance par­ti­cu­lière dans leur es­prit. Ils ont na­tu­rel­le­ment ce “figh­ting spi­rit”, ils l’au­ront en­core. Ça fait par­tie de l’his­toire, mais c’est as­sez loin pour nous ». On est d’ac­cord… ■

RE­VANCHE. Une main de Thier­ry Hen­ry avait per­mis à la France de se qua­li­fier pour le Mon­dial 2010. Sept ans après les Verts ont-ils tour­né la page ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.