L’eire, re­vue et cor­ri­gée par Guy Sté­phan

L’ad­joint de Di­dier Des­champs passe au crible l’ad­ver­saire des Bleus, de­main

La Montagne (Brive) - - Sports - À Clai­re­fon­taine Ra­phaël Co­quel ra­phael.co­quel@cen­tre­france.com

Dis­ci­pli­née, ri­gou­reuse et pleine d’en­vie. L’ir­lande, qui fe­ra face à la France, de­main après-mi­di à Lyon, pos­sède toutes ces ca­rac­té­ris­tiques se­lon l’ad­joint des Bleus.

Fair­play ce Guy Sté­phan ! L’ad­joint de Di­dier Des­champs a re­con­nu, hier, que le staff des Bleus s’était d’abord pré­pa­ré à jouer contre l’ir­lande du Nord, « comme le pour­cen­tage de chances de la jouer en hui­tièmes de fi­nale était as­sez fort ». « On avait com­men­cé à vi­sion­ner leurs matchs, lun­di, mar­di et une par­tie de mer­cre­di », a­t­il in­di­qué, avant de dire tout le bien qu’il pense de l’eire, que le sort a fi­na­le­ment ré­ser­vé à l’équipe de France. « C’est une équipe très ri­gou­reuse, com­po­sée de joueurs pas très connus, qui ne jouent pas dans les très grands clubs an­glais mais dans des bons clubs, comme Shane Long (Sou­thamp­ton), Da­ryl Mur­phy (Ips­wich), ou Wes Hoo­la­han (Nor­wich). Elle évo­lue dans un sys­tème en 4­4­2, en lo­sange, mais elle peut aus­si jouer à plat. Elle cou­lisse très bien sur la lar­geur et sait com­pen­ser cô­té bal­lon. Elle ne pra­tique pas uni­que­ment un jeu ty­pi­que­ment bri­tan­nique », es­time­t­il.

L’an­cien coach de Bor­deaux et Lyon voit aus­si dans le pro­chain ad­ver­sai­ re des Bleus « une équipe dis­ci­pli­née, qui ne lâche rien, qui met beau­coup d’en­thou­siasme et d’en­train dans son jeu, à l’image de son sé­lec­tion­neur, Mar­tin O’neill, qui était un joueur très dy­na­mique ». Il rap­pelle éga­le­ment quelques­uns de ses ré­cents faits d’armes, qui en disent long, se­lon lui, sur son po­ten­tiel. « Elle s’est sor­tie d’un groupe dif­fi­cile au pre­mier tour, avec la Bel­gique et l’ita­lie. Elle a aus­si fi­ni troi­sième de sa poule en éli­mi­na­toires, avant de ga­gner en bar­rages contre la Bos­nie. Elle a bat­tu l’al­le­magne no­tam­ment, ce qui montre qu’elle est ca­pable de ga­gner contre des bonnes équipes. »

Pre­mier et seul match des Bleus à 15 h

Après cette étude as­sez ap­pro­fon­die du jeu ir­lan­dais, Guy Sté­phan a évo­qué un élé­ment in­ha­bi­tuel du hui­tième de fi­nale de de­main à Lyon : son ho­raire. C’est, en ef­fet, le pre­mier et le seul match des Bleus qu’ils joue­ront à 15 heures. Un cré­neau d’or­di­naire dé­vo­lu à la sieste. « Di­dier (Des­champs) a avan­cé pro­gres­si­ve­ment les ho­raires d’en­traî­ne­ment pour ha­bi­tuer les or­ga­nismes des joueurs. On est pas­sé de 17 h 30 (la norme) à 16 h 30, puis en­fin 15 heures. On a fait la même chose avec l’heure du dé­jeu­ner, qui est main­te­nant pris à 11 h 1511 h 30. Les gar­çons qui jouent en An­gle­terre, en Al­le­magne ou en Ita­lie ont dé­jà tous connu cette pro­blé­ma­tique et savent la gé­rer », dé­ve­loppe l’ad­joint de l’équipe de France, avant son pre­mier match cou­pe­ret de l’eu­ro. ■

FAIT D’ARMES. Guy Sté­phan rap­pelle que l’ir­lande a ré­cem­ment bat­tu l’al­le­magne, ce qui en dit long sur son po­ten­tiel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.