Le Ra­cing 92 épous­tou­flant et ma­gique

Tou­lon bat­tu par une équipe fran­ci­lienne gi­gan­tesque (21­29), hier soir à Bar­ce­lone

La Montagne (Brive) - - Sports -

Ré­duit à 14 après 18 mi­nutes de jeu suite à l’ex­pul­sion de Maxime Ma­che­naud, le Ra­cing 92 plein d’éner­gie et de res­sources est ve­nu à bout de Tou­lon­nais sans so­lu­tion (29-21).

Le fait du match in­ter­vient à la 18e mi­nute de jeu. Maxime Ma­che­naud réa­lise un pla­quage ca­thé­drale sur Gi­teau. L’aus­tra­lien re­tombe sur la tête. Après un ap­pel vi­déo, M. Ray­nal n’hé­site pas et ap­plique la règle. Car­ton rouge pour le de­mi de mê­lée in­ter­na­tio­nal fran­çais.

Après avoir per­du son chef d’or­chestre, le Ra­cing 92, pour­tant très en­tre­pre­nant de­puis le dé­but de match, a du mal à se re­mettre les idées en place. Tou­lon en pro­fite pour ins­crire un es­sai par l’in­ter­mé­diaire de Ma­mu­ka Gor­godze. La bombe fid­jienne Tui­so­va trouve l’in­ter­valle pour ser­vir à hau­teur le gol­goth géor­gien (14­6, 29e).

Alors qu’on croyait voir une ma­rée « rouge et noir » dé­fer­ler sur la dé­fense fran­ci­lienne, le Ra­cing fait mieux que ré­sis­ter et reste au con­tact de Tou­lon, in­dis­ci­pli­né en fin de pre­mière pé­riode. Jo­han Goo­sen et Dan Car­ter font par­ler leur ta­lent au pied et per­mettent à leur équipe de res­ter en vie dans cette fi­nale (12­14). Les hommes de Tra­vers et La­bit jouent juste et in­sistent dans l’axe du ter­rain avec des bal­lons por­tés qui per­turbent la dé­fense tou­lon­naise. Pa­ra­doxale­ ment, c’est Tou­lon qui, en su­pé­rio­ri­té nu­mé­rique, perd en lu­ci­di­té. À la pause, tout reste à faire dans cette fi­nale qui s’an­nonce in­dé­cise jus­qu’au bout.

Tou­lon re­vient avec d’autres in­ten­tions en dé­but de se­conde pé­riode, en­chaî­nant les temps de jeu, mais se montre trop ap­proxi­ma­tif. Les joueurs de Ber­nard La­porte com­ mencent à dou­ter. Do­mi­na­teurs en mê­lée fer­mée dans le pre­mier acte, ils se font sanc­tion­ner à deux re­prises. L’ef­fi­ca­ci­té au pied conti­nue pour les Fran­ci­liens qui passent deux pé­na­li­tés par son centre Jo­han Goo­sen.

Pour ne rien ar­ran­ger aux af­faires tou­lon­naises, le pi­lier Xa­vier Chioc­ci (50e) écope d’un car­ton jaune, Guil­hem Gui­ra­do se blesse et laisse sa place à Jean­charles Orio­li au ta­lon. La fi­nale au­rait­elle choi­si son camp ?

Le RCT, sans so­lu­tion, n’ar­rive pas à re­le­ver la tête, ne par­vient pas à prendre à dé­faut une dé­fense du Ra­cing en place et agres­sive. Le ciel va même tom­ber sur les joueurs de Tou­lon quand Ro­ko­co­ko, sur un bal­lon de ré­cu­pé­ra­tion, tape par­des­sus Ha­ba­na, ré­cu­père et s’en va apla­tir. Ins­pi­ra­tion gé­niale du All Black qui as­somme le RCT (1426, 59e). Tou­lon est dé­bous­so­lé, K.­O. de­bout.

Le scé­na­rio est in­croyable, presque ir­réel. Comme en de­mi­fi­nale face à Cler­mont, les Ra­cing­men ne lâchent rien, exem­plaires dans l’en­ga­ge­ment tels des gla­dia­teurs prêts à don­ner leur vie pour sou­le­ver ce Bou­clier de Bren­nus tant at­ten­du.

Mais voi­là, Tou­lon n’ab­dique pas et se re­lance grâce à un es­sai de Maxime Mer­moz qui ra­masse un bal­lon sur un ruck après un tra­vail fan­tas­tique des avants va­rois (2126, 71e). Le Ra­cing souffre en fin de ren­contre. La dé­ fense plie mais ne rompt pas. Dan Car­ter ra­joute trois points de plus (29­21, 79e).

La crème ca­ta­lane, elle est pour le Ra­cing, qui vingt­six ans plus tard sou­lève de nou­veau le bout de bois. ■

PER­FOR­MANCE. À 14 contre 15 pen­dant soixante mi­nutes, le Ra­cing, à l’image de Ro­ko­co­ko a réus­si un ex­ploit XXL contre Tou­lon, hier soir, à Bar­ce­lone.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.