Du vin et des femmes

La Montagne (Brive) - - Vin Sur Vins - Jean-yves Vif jean-yves.vif@cen­tre­france.com

Elles dé­gustent de mieux en mieux mais sur­tout elles in­ves­tissent vignes et caves pour éle­ver des vins, à leur image, fins et élé­gants. Les vi­gne­ronnes, dé­com­plexées, pour­raient bien être l’ave­nir du vin !

Entre les femmes et le vin, les liens se sont res­ser­rés de­puis une ving­taine d’an­nées. Le « vin plai­sir » em­porte l’adhé­sion des femmes, en par­ti­cu­lier des plus jeunes. Ne sont­elles pas l’illus­tra­tion d’une gé­né­ra­tion adepte de bulles les jours de fête mais sur­tout dé­gus­ta­trices avi­sées de grands verres rou­gis par le pi­not noir ? Les vins de qua­li­té, sans pré­ten­tion d’éti­quette, rythment les ren­contres entre femmes in­dé­pen­dantes dans les bars bran­chés des villes, ou en­core leurs soi­rées, bien loin des « réunions chif­fons ».

Pen­dant ce temps, les mé­tiers du vin n’ar­rêtent pas de se fé­mi­ni­ser. D’un tiers à la moi­tié des som­me­liers sont des som­me­lières ! Quant aux vi­gne­ronnes, elles re­pré­sentent dé­sor­mais plus d’un quart de la pro­fes­sion. La ba­ronne Phi­lip­pine de Roth­schild (Mou­ton Roth­schild), Bé­né­dicte Lur­ton (Cli­mens), Flo­ rence Ca­thiard (Smith Haut La­fitte), Ca­role Du­val­le­roy (Cham­pagne épo­nyme), ne consti­tuent plus des cas iso­lés de grands do­maines gé­rés par des femmes is­sues de fa­milles for­tu­nées. La vi­gne­ronne qui chausse les bottes de tra­vail et se noir­cit les mains dans les cuves, loin de l’image du fou­lard de marque et des mo­cas­sins, s’im­pose éga­le­ment avec force.

Ch­ris­tine Ver­nay (Con­drieu) et Anne Gros (Bour­gogne) le dé­montrent. Tout comme An­neC­laude Le­flaive, dis­pa­rue voi­là quelques mois, une vi­sion­naire qui avait bous­cu­lé les prin­cipes bour­gui­gnons en tra­çant la route de la bio­dy­na­mie pour dé­li­vrer des Mon­tra­chet d’an­tho­lo­gie ex­pri­mant la fi­nesse du char­don­nay avec un sup­plé­ment d’âme fé­mi­nine. Les écoles de vi­ti­cul­ture et d’in­gé­nieurs agro se fé­mi­nisent tout au­tant avec des as­pi­ra­tions à tous les mé­tiers de la fi­lière. Ré­sul­tat : l’état d’es­prit change avec des vi­gne­ronnes convain­cues par leur vin et leur vi­gnoble au­de­sus des ri­va­li­tés.

Femmes de vin

Ain­si « Femmes de vins » que pré­side Va­lé­rie Rous­selle (Châ­teau Rou­bine en Pro­vence) fé­dère neuf as­so­cia­tions, au­tant d’ex­pres­sions de ter­ri­toires où le vin se pro­pose comme pro­duit cultu­rel et iden­di­taire. Exemple, « Les Étoiles du Beau­jo­lais » di­ri­gées par Joëlle de Les­cure poussent jus­qu’à la com­mer­cia­ li­sa­tion. Douze femmes re­pré­sentent les douze ap­pel­la­tions et dé­ve­loppent leur bu­si­ness sur de nou­veaux mar­chés, non sans s’ap­puyer sur le la­bel femme. « Nous avons moins d’ego que les hommes, nous ac­cep­tons les cri­tiques plus fa­ci­le­ment, ce qui per­met une re­mise en cause » ana­lyse Joëlle de Les­cure re­jointe par une vi­gne­ronne de la dy­na­mique « SO (Sud ouest) femmes et vins ». « On se dit les choses plus fa­ci­le­ment ».

« La femme qui est sou­vent en cui­sine goûte et se met à la place du consom­ma­teur » ex­plique Mé­la­nie Pfis­ter, jeune in­gé­nieur qui a re­pris le do­maine fa­mi­lial d’al­sace (8e gé­né­ra­tion), pas­sion­née par ses ries­ling qui « valent bien plus qu’un ac­com­pa­gne­ment de chou­croute ». Pré­si­dente de divines d’al­sace, elle es­time « que les femmes sont plus ac­ces­sibles et avec une ca­pa­ci­té à échan­ger… nous sommes des ac­trices du vin » ajoute­t­elle. Gé­né­ra­tion sou­vent di­plô­mée et culti­vée, elle s’ins­pire du ter­rain mais bous­cule à l’image des soeurs Sa­la­din en Ar­dèche. Pour­tant à ces pas­sion­nées, pas fa­cile de leur par­ler de vins de femmes. « Ce qui nous ca­rac­té­rise, c’est que nous par­tons sou­vent de la feuille blanche. Nous sommes sen­sibles à l’agri­cul­ture rai­son­née, au res­pect de la na­ture ». Alix Da­vid du Châ­teau de Ter­ride à Gaillac, avance ce­pen­dant : « Je sou­haite faire des vins élé­gants, ronds, souples, ve­lou­tés et frui­tés. C’est ce que j’aime en tant que femme et qui me semble cor­res­pondre à un vin d’ au­jourd’hui ». ■

DR

MÉ­LA­NIE PFIS­TER (AL­SACE). « Nous sommes des ac­trices du vin ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.