La cui­sine du centre hos­pi­ta­lier pré­pare mille re­pas par jour

Le self de l’hô­pi­tal, ou­vert au pu­blic, sert entre 250 et 500 re­pas par jour

La Montagne (Brive) - - La Une - Émi­lie Auf­fret

En plus des re­pas confec­tion­nés pour les pa­tients par la cui­sine du centre hos­pi­ta­lier, un self ac­cueille les pro­fes­sion­nels de san­té, les agents et les proches des ma­lades 365 jours par an.

C’est un en­droit où on ne se dit pas for­cé­ment qu’il y fait bon dé­jeu­ner. Et pour­tant. Le centre hos­pi­ta­lier, en plus des quelque 1.000 re­pas confec­tion­nés quo­ti­dien­ne­ment pour les ma­lades, re­çoit du pu­blic tous les mi­dis dans le self, si­tué au rez­de­chaus­sée.

Phi­lippe Mi­chel en est le res­pon­sable de­puis 2007. « Les pro­fes­sion­nels de san­té et les agents viennent man­ger. Mais le res­tau­rant est aus­si ou­vert au pu­blic et no­tam­ment aux proches des ma­lades et au­de­là », pré­cise­t­il.

365 jours par an

Des grillades, trois plats de viande et de pois­son, une mul­ti­tude de sa­lades de cru­di­té, des fé­cu­lents o u en c o re d e lé­gumes sont pro­po­sés aux chi­rur­giens, in­fir­miers, ad­mi­nis­tra­tifs… « Au­jourd’hui, les pa­tients avaient le choix entre la jar­di­nière de lé­gumes ou les blettes et le fi­let de lieu ou l’en­tre­côte que vous re­trou­vez éga­le­ment au self ».

Sans comp­ter les pa­tients, l’éta­blis­se­ment sert entre 250 et 500 re­pas par jour, 365 jours par an. « La fré­quen­ta­tion fluc­tue en fonc­tion des sai­sons. Il y a un pic quand les pro­mo­ tions de l’école d’in­fir­mière sont là ». Six per­sonnes tra­vaillent au self de l’hô­pi­tal. En ce mo­ment, deux jeunes sta­giaires en CAP cui­sine col­lec­tive au ly­cée Dan­ton par­font leur ex­pé­rience.

« L’ap­pro­vi­sion­ne­ment est gé­ré par un mar­ché mais nous es­sayons au maxi­mum de nous four­nir en lo­cal no­tam­ment pour les lé­gumes ou la viande », as­sure Phi­lippe Mi­chel, une com­pote de la marque cor­ré­zienne Va­lade à la main. Le res­tau­rant compte près de 160 places as­sises qui se re­nou­vellent plu­sieurs fois par ser­vice entre 11 h 30 et 14 heures. « Mais cer­tains pré­fèrent prendre leur re­pas à em­ por­ter pour man­ger dans leur ser­vice quand ils ont le temps. Il faut s’adap­ter au rythme des soi­gnants ».

Un tiers des re­pas confec­tion­nés par la cui­sine de l’hô­pi­tal sont ser­vis au self. « Près de 600 pour les pa­tients le mi­di, au­tant le soir, et 500 ici pour le dé­jeu­ner » . Dans les cui­sines, s’al­longe une chaîne de mon­tage où les pla­teaux à des­ti­na­tion des dif­fé­rents étages se gar­nissent. 45 per­sonnes y tra­vaillent. « C’est l’un des plus gros ser­vices de l’hô­pi­tal », note Phi­lippe Meyer, son res­pon­sable. Une cen­taine de plats par­ti­cu­liers, avec ap­port pro­téique ou tex­ture spé­ci­fiques y sont réa­li­sés.

« C’est une cui­sine dans la cui­sine », note Phi­lippe Mi­chel non loin de Di­dier, un agent avec plus de 30 ans de mé­tier der­rière lui. « Je suis à 16 jours de la re­traite…, pointe­t­il en plai­san­tant. Et ici, on n’est pas les plus mal­heu­reux ». ■

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

EN COU­LISSE. Phi­lippe Mi­chel, le res­pon­sable du self de l’hô­pi­tal, de­vant la soupe de lé­gumes mai­son confec­tion­née mi­di et soir dans les cui­sines où 45 agents tra­vaillent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.