Un es­pace unique en Eu­rope pour les vieux élé­phants

Un couple compte créer une mai­son de re­traite pour élé­phants, comme il en existe aux États­unis

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité - Franck La­gier

Une mai­son de re­traite pour élé­phants ? On l’avoue, le pro­jet bap­ti­sé Ele­phant Ha­ven semble com­plè­te­ment dingue. To­ny Ve­rhul­st et So­fie Goet­ghe­beur sont pour­tant bien dé­ci­dés à créer cet es­pace unique en Eu­rope au beau mi­lieu de la Haute-vienne, à Saint-Ni­co­las- Cour­be­fy, non loin de Bus­sière-ga­lant.

Et si tout le monde trou­vait l’idée un peu far­fe­lue au dé­part, l’acte d’achat du ter­rain si­gné le mois der­nier a fait com­prendre aux plus ré­ti­cents qu’il était bel et bien lan­cé…

Le 25 mai der­nier, Lu­cia Soe­ters leur a cé­dé un ter­rain de 29 hec­tares do­té d’une im­mense bâ­tisse, de points d’eau et de han­gars pour 250.000 eu­ros.

Avec 75.000 eu­ros d’ap­port et un cré­dit sur 20 ans, la si­gna­ture chez le no­taire a dé­fi­ni­ti­ve­ment ac­té l’idée que des pa­chy­dermes al­laient bien­tôt cô­toyer les vaches li­mou­sines.

« Il y a plus de 100 élé­phants dans les cirques en Eu­rope. Nous pro­po­sons d’en ac­cueillir ici, de s’oc­cu­per d’eux, de les soi­gner pour qu’ils puissent ter­mi­ner pai­si­ble­ment leurs vieux jours » , ré­sume le couple.

Des sanc­tuaires de ce type existent aux Etats-unis

« Il faut au moins 2 hec­tares de ter­rain pour cha­ que élé­phant afin qu’il se sente bien. Nous ne pourr on s da n s u n p re mi e r temps en ac­cueillir que 2 ou 3 et au maxi­mum 10. »

Une étable dans la­quelle ils pour­ront ren­trer et sor­tir à loi­sir se­ra chauf­fée. Il leur suf­fi­ra de pous­ser une im­mense porte en plas­ti­ que en pe­sant de tout leur poids sur les bat­tants. Une so­cié­té spé­cia­li­sée dans les construc­tions pour les zoos se­ra char­gée de la ré­no­ver et de l’amé­na­ger très pro­chai­ne­ment.

To­ny Ve­rhul­st et So­fie Goet­ghe­beur ont tra­vaillé du­rant 20 ans dans un zoo à An­vers. Lui s’est oc­cu­pé des élé­phants du­rant 14 ans.

« Des sanc­tuaires de ce type existent en Asie, en Afrique, aux États­unis ( en Ca­li­for­nie et dans le Ten­nes­see). Mais au­cun n’a été créé en Eu­rope.

Au dé­but, avec l’ad­mi­nis­tra­tion fran­çaise, il a fal­lu se mon­trer très convain­cant. On nous pre­nait pour des fous. Mais nous sommes dé­ter mi­nés » , s’amuse le couple.

Qui fi­nance ?

Le couple a in­di­qué que l’as­so­cia­tion One Voice, qui s’oc­cupe des ani­maux sau­vages, avait ef­fec­tué une « grosse do­na­tion » sans que le mon­tant soit com­mu­ni­qué. Un sanc­tuaire pour élé­phants ba­sé dans le Ten­nes­see a don­né 5.000 eu­ros. Une or­ga­ni­sa­tion en Suède et le sys­tème 1 % pour la pla­nète ont per­mis de re­cueillir un peu d’ar­gent.

Des ventes aux en­chères de ta­bleaux et de sculp­tures ont été or­ga­ni­sées. Ce fut le cas en Haute­vienne à Saint­ma­thieu (700 eu­ros) ou à Londres (35.000 eu­ros).

En­fin, des par­ti­cu­liers sen­sibles au pro­jet donnent ce qu’ils peuvent, telle cette femme en Bel­gique qui donne 3 eu­ros chaque mois.

À no­ter qu’une nou­velle vente aux en­chères se­ra or­ga­ni­sée le 4 sep­tembre au châ­teau de Bon­ne­val.

Comme le pro­jet est unique en Eu­rope, des cam­pagnes de fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif ont per­mis de mo­bi­li­ser des Fran­çais, des Belges, mais aus­si des Al­le­mands ou des Es­pa­gnols. Arr ivée des élé­phants pré­vue en 2017. ■

PHO­TO FRANCK LA­GIER

UNIQUE. To­ny Ve­rhul­st et So­fie Goet­ghe­beur sont bien dé­ci­dés à créer la pre­mière mai­son de re­traite pour élé­phants en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.