Des Bleus dé­ci­dé­ment ren­ver­sants

Grâce à un chan­ge­ment d’or­ga­ni­sa­tion à la pause

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 Sports Euro 2016 -

Grâce à un doublé d’an­toine Griez­mann à l’heure de jeu, la France, qui était me­née et mal­me­née à la pause, s’est qua­li­fiée pour les quarts de fi­nale où elle af­fron­te­ra, di­manche pro­chain, l’an­gle­terre ou l’is­lande. Une fois en­core, les Bleus ont mon­tré deux vi­sages.

FÀ Dé­cines, Di­dier Cros

ran­che­ment in­quié­tants. Et puis car­ré­ment épa­tants. Les Bleus, dans le sillage d’un An­toine Griez­mann éteint en pre­mière pé­riode puis étin­ce­lant en se­conde, et au­teur d’un doublé ca­pi­tal, ont mon­tré deux vi­sages, hier en­core, pour ve­nir à bout de l’ir­lande ( 2­1) et se qua­li­fier pour les quarts de fi­nale. Ils y af­fron­te­ront, di­manche pro­chain à Saint­de­nis, le vain­queur d’an­gle­terre­is­lande (ce soir 21 heures, à Nice).

C’est ain­si de­puis le dé­but de l’eu­ro, la France évo­lue sur cou­rant al­ter­na­tif. Hier, elle est pas­sée au tra­vers, tant in­di­vi­duel­le­ment que col­lec­ti­ve­ment, avant de ren­ver­ser com­plè­te­ment la va­peur et une si­tua­tion bien mal em­bar­quée de­puis ce pe­nal­ty in­dis­cu­table concé­dé d’en­trée de jeu, consé­quence d’un mau­vais renvoi de Ra­mi et aus­si d’un cou­pable manque de maî­trise de Pog­ba.

Un mau­vais cou­rant d’air d’en­trée de jeu

Pour­tant, Des­champs avait fait glis­ser ce der­nier sur le cô­té gauche du mi­lieu, sa po­si­tion pré­fé­ren­tielle, dans le 4­3­3 clas­sique ali­gné au coup d’en­ voi. Est­ce en rai­son de cet ajus­te­ment ou de ce but en­cais­sé pré­co­ce­ment que la France se cris­pa et dé­joua ? À l’image de Ma­tui­di in­vi­sible et per­du sur le cô­té droit et de Pog­ba qui, à force de vou­loir tout faire, réa­li­sa trop de choses mal, comme cette mau­vaise passe qui a en­traî­né un car­ton jaune sy­no­nyme de sus­pen­sion pour Kan­té. De­vant, face à des Ir­lan­dais qui dé­fen­daient comme des « chiens », les at­ta­quants se pre­naient les pieds dans le ta­pis et se mar­ chaient sur les cram­pons. Mal­gré une large do­mi­na­tion et quatre frappes ca­drées sans grand dan­ger pour Ran­dolph, le por­tier de l’eire. Dans ce brouillon, Ra­mi éco­pa lui aus­si d’un aver­tis­se­ment qui le pri­ve­ra du quart. Llo­ris lui, a évi­té le pire et lais­sé l’équipe de France à flot en ef­fec­tuant un ar­rêt dé­ci­sif (21e).

« DD » se­coue le co­co­tier et change d’or­ga­ni­sa­tion

Comme face à la Rou­ma­nie et comme contre l’al­ba­nie, Des­champs chan­gea son fu­sil d’épaule et d’or­ga­ni­sa­tion, à la pause. Exit le 4­3­3 et bon­jour, le 4­4­2 qu’il n’avait plus uti­li­sé de­puis des lustres, avec Co­man en­trant sur l’aile droite à la place de Kan­té, Ma­tui­di glis­sant aus­si sur la gauche et Griez­mann évo­luant en sou­tien de Gi­roud en pointe.

« Le but était d’ap­por­ter de la pré­sence of­fen­sive en met­tant An­toine plus proche d’oli­vier et aus­si de la vi­tesse et de la per­cus­sion en es­sayant de mieux uti­li­ser la lar­geur avec Co­man », a ex­pli­qué après coup le sé­lec­tion­neur.

Cette fois en­core, la ré­or­ga­ni­sa­tion a por­té ses fruits et mé­ta­mor­pho­sé les Bleus, sou­dain plus ins­pi­rés et plus tran­chants, aus­si. Le sa­von pas­sé dans le ves­tiaire par le sé­lec­tion­neur fit aus­si son ef­fet. « Il faut par­fois se­couer le co­co­tier », a re­con­nu « DD ».

En trois mi­nutes, à l’heure de jeu, ces joueurs sont par­ve­nus à ren­ver­ser la si­tua­tion grâce à un doublé d’an­toine Griez­mann. D’abord de la tête, à la ré­cep­tion du pre­mier centre de la ren­contre digne de ce nom, si­gné Sa­gna, par­fai­te­ment dé­ca­lé par Payet. L’at­ta­quant ma­dri­lène pro­fi­ta en­suite d’une dé­via­tion de la tête de Gi­roud pour ve­nir ajus­ter le gar­dien ir­lan­dais d’une frappe du gauche dé­croi­ sée pleine de maî­trise tech­nique (61e).

Griez­mann, dé­ci­dé­ment in­te­nable, pro­vo­qua cinq mi­nutes plus tard l’ex­pul­sion du dé­fen­seur Du­fy alors qu’il al­lait se pré­sen­ter de­vant le gar­dien ( 67e ). Il ne pou­vait alors plus rien ar­ri­ver à ces Bleus, même si Gi­gnac par trois fois (77e, 86e et 87e ) puis Gr iez­mann ( 90e + 1) man­quèrent d’un rien des balles de 3­1.

Ce­la au­rait été sû­re­ment un peu trop sé­vère pour ces va­leu­reux Ir­lan­dais qui sont res­tés de longues mi­nutes sur la pe­louse après le coup de sif­flet fi­nal, pour écou­ter les chants de re­mer­cie­ment de leurs formidables sup­por­ters.

De leur cô­té, les Bleus étaient dé­jà dans leur quart. ■

Co­man. Di­dier Des­champs a an­non­cé que la lé­gère bles­sure de King­sley Co­man (che­ville), sur­ve­nue en fin de match était « sans gra­vi­té ».

LI­BÉ­RA­TEUR. An­toine Griez­mann (à droite) a sau­vé les Bleus à la 58e avant de les pro­pul­ser en quart de fi­nale quatre mi­nutes plus tard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.