Vo­ter Brexit et s’en mordre les doigts

De­puis les ré­sul­tats en fa­veur de la sor­tie de L’UE, des « brexi­ters » font acte de re­pen­tance

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Mé­con­nais­sance de ses droits, de ce qu’est l’union eu­ro­péenne… Cer­tains Bri­tan­niques es­timent avoir fait le mau­vais choix lors du vote sur le Brexit.

Il est le vi­sage de ce Royaume­uni qui se mord les doigts après son vote en fa­veur du Brexit. Adam, comme d’autres Bri­tan­niques, a vo­té pour sor­tir de l’union eu­ro­péenne et n’a réa­li­sé les consé­quences qu’après coup. On ne connaît pas son nom de fa­mille. À peine ap­pa­ru sa­me­di ma­tin dans un re­por­tage de la BBC, son dis­cours n’a pas ému mais éner­vé des mil­liers d’in­ter­nautes qui ont im­mé­dia­te­ment ré­agi sur les ré­seaux so­ciaux.

« Mon vote, je n’ai pas pen­sé qu’il pou­vait comp­ter »

« Je suis cho­qué, nous avons vrai­ment vo­té pour sor­tir de L’UE. Je n’au­rais ja­mais cru que ce­la pou­vait ar­ri­ver. Mon vote, je n’ai pas pen­sé qu’il pou­vait comp­ter parce que j’ima­gi­nais que nous al­lions res­ter mais je ne me re­mets pas de la dé­mis­sion de Da­vid Ca­me­ron pour être tout à fait hon­nête. Oui, je suis as­sez in­quiet », confie Adam.

Ceux qui ont, comme lui, don­né leur voix au Brexit et le re­grettent dé­jà ne l’avouent que du bout des lèvres, re­dou­tant les ré­ac­tions des deux camps. Telle Pam Mc Vey, 32 ans. Elle élude d’abord la ques­tion du ré­fé­ren­dum ex­pli­quant qu’elle a « l’im­pres­sion d’avoir fait une er­reur » , avant de bais­ser les yeux, gê­née, la voix étran­glée. « Il est un peu tôt pour sa­voir ce qu’il va se pas­ser », e x p l i q u e ­t ­e l l e, a v a n t d’avouer qu’elle a vo­té pour sor­tir de L’UE. « Ma faute » , comme elle dit, c’ e s t « d’ a v o i r p r i s e n compte l’as­pect éco­no­mique ».

Manque de connais­sance sur l’union eu­ro­péenne, dés­in­té­rêt pour la chose p o l i t i q u e, ma n q u e d e t e m p s – d e n o m b re u x élec­teurs ex­pliquent ne s’être pas ren­dus aux urnes à cause du tra­vail – ou mé­con­nais­sance de ses droits… ? Bian­ca Kos­ticLon­don, une tren­te­naire aus­tra­lienne qui vit à Londres de­puis neuf mois igno­rait qu’elle pou­vait v o t e r, s o n p a y s é t a n t membre du Com­mon­wealth. Elle en a pleu­ré. « J’ai pen­sé que c’était de ma faute », ex­plique­t­elle, une main sur la poi­trine, après les ré­sul­tats elle dit s’être « sen­tie vrai­ment mal et dé­çue ».

Google Trends, ou­til du mo­teur de re­cherche per­met­tant de connaître ce que re­cherchent les uti­li­sa­teurs, a ré­vé­lé ven­dre­di sur Twit­ter que « qu’est­ce que L’UE ? » était la deuxième ques­tion la plus po­sée sur le su­jet dans le Royau­meU­ni de­puis que les ré­sul­tats du ré­fé­ren­dum avaient été an­non­cés.

Peur pour les aides

Hier, le Pays de Galles, les Cornouailles, le York­shire ont ré­cla­mé au gou­ver­ne­ment bri­tan­nique des ga­ran­ties qu’elles ne vont pas perdre des fonds que ces ré­gions tou­chaient de l’union eu­ro­péenne et qu’elles étaient sup­po­sées tou­cher pen­dant en­core quelques an­nées. Des sommes qui at­teignent des di­zaines de mil­lions de livres par an dans cer­tains cas. ■

PHO­TO AFP

OH MY GOD ! tou­jours. Ceux qui re­grettent ne l’as­sument pas

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.