Le fer vaut de l’or

La Montagne (Brive) - - Économie -

De la dette à l’im­pôt, le rail met sur la bonne voie. « La SNCF, ex­plique Éric Heyer, ac­cuse une dette de 50 mil­liards d’eu­ros et un ré­sul­tat net po­si­tif de 370 mil­lions d’eu­ros. Cette dette co­los­sale a no­tam­ment fi­nan­cé le dé­ve­lop­pe­ment am­bi­tieux des lignes à grande vi­tesse. En re­tour, ces in­fra­struc­tures nou­velles in­duisent des ren­trées fis­cales et des in­ves­tis­se­ments étran­gers. Ain­si, parce qu’elle a ser­vi à ac­croître l’at­trac­ti­vi­té du ter­ri­toire, la dette de la SNCF ne doit-elle pas être sup­por­tée par les seuls che­mi­nots, mais par tous via le re­cours à l’im­pôt. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.