Des don­nées per­son­nelles de po­li­ciers se re­trouvent sur In­ter­net

Quelques jours après l’as­sas­si­nat de deux po­li­ciers à leur do­mi­cile, une fuite de don­nées per­son­nelles touche des mil­liers d’agents de po­lice en France.

La Montagne (Brive) - - La Une - Pierre Vi­gnaud pierre.vi­gnaud@cen­tre­france.com

L’agence de la mu­tuelle MGP au coeur d’une fuite de don­nées per­son­nelles tou­chant 112.000 po­li­ciers ac­tifs ou re­trai­tés.

Adresses, nu­mé­ros de té­lé­phone et don­nées per­son­nelles en ac­cès sur In­ter­net : dans le cli­mat ac­tuel, où un couple de po­li­ciers vient d’être as­sas­si­né à Ma­gnan­ville à son do­mi­cile, l’af­faire est plus que sen­sible dans les com­mis­sa­riats de France.

Un acte mal­veillant ?

Ré­vé­lés par la ra­dio RTL, les faits re­mon­te­raient au dé­but du mois de juin. Un em­ployé de la Mu­tuelle gé­né­rale de la Po­lice (MGP) au­rait pu­blié sans pro­tec­tion les don­nées per­son­nelles des 112.000 ad­hé­rents (ac­tifs et re­trai­tés) sur le cloud de Google.

Se­lon la ra­dio, le res­pon­sable li­mou­geaud au­rait pu agir par ven­geance. Un conten­tieux entre la MGP et le mis en cause a propos d’une prime non ver­ sée existe. Une ac­cu­sa­tion que la MGP elle­même n’a pas confir­mée de ma­nière of­fi­cielle, son pré­sident Be­noît Briatte af­fir­mant que le sa­la­rié « n’a pas ex­pli­qué sa dé­marche ».

Cette ver­sion d’un acte mal­veillant, la per­sonne in­cri­mi­née la conteste for­ mel­le­ment. A tra­vers son avocat Me Ri­chard Dou­det, elle nie toute vo­lon­té de se ven­ger de la mu­tuelle. « Il y a bien un conflit qui op­pose mon client à la mu­tuelle gé­né­rale des po­li­ciers. Ce­la se joue de­vant le tri­bu­nal des prud’hommes. Mon client est si­dé­ré par l’am­pleur que prend cette af­faire », confie l’avocat.

Le sa­la­rié en conflit avec la mu­tuelle

Se­lon ce der­nier, son client au­rait re­mar­qué une ano­ma­lie dans le sys­tème d’ac­cès aux don­nées des po­li­ciers et en au­rait in­for­mé sa su­pé­rieure hié­rar­chique. Celle­ci, ab­sente, lui au­rait de­man­dé de lui en­voyer une cap­ture d’écran. « Mais cet en­re­gis­tre­ment ne s’est ja­mais re­trou­vé à la vue de tous. Mon client a seule­ment fil­mé quelques pages, les a en­voyées avec un mot de passe. Dire que les don­nées sont ac­ces­sibles à tous, c’est vou­loir faire peur aux gens pour rien », ex­plique Me Dou­det.

L’avocat dé­nonce ain­si une ma­noeuvre de la mu­tuelle qui « sou­haite se dé­bar­ras­ser de son sa­la­rié ». Celle­ci a en ef­fet dé­po­sé une plainte à Tou­louse. Une en­quête a été ou­verte le 23 juin pour « dé­tour­ne­ment de don­nées sen­sibles ». Tou­jours, par la voix de son avocat, l’au­teur pré­su­mé des faits se dit de son cô­té « prêt à ti­rer les consé­quences de ces ac­cu­sa­tions graves ». ■

PHOTO : THO­MAS JOUHANNAUD

COM­MIS­SA­RIAT. Une plainte a été dé­po­sée à Tou­louse mais l’en­quête pour­rait être confiée à la po­lice de Li­moges.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.