Un Of­fice de tou­risme à che­val sur deux ter­ri­toires

Le nou­vel Of­fice de tou­risme Val­lée de la Dor­dogne s’or­ga­nise pour faire la pro­mo­tion d’un ter­ri­toire à che­val sur la Cor­rèze et le Lot.

La Montagne (Brive) - - La Une - Ch­ris­tine Moutte ch­ris­tine.moutte@cen­tre­france.com

142 com­munes dont 65 du cô­té cor­ré­zien, 82.000 ha­bi­tants sur 2.333 km2, 35.000 lits mar­chands, 350.000 per­sonnes ac­cueillies par an, 33 à 50 sa­la­riés sui­vant la sai­son… Le nou­vel Of­fice de tou­risme Val­lée de la Dor­dogne, né le 1er jan­vier entre le sud de la Cor­rèze et le nord du Lot (*), est le plus grand de France, de Ro­ca­ma­dour à Au­ba­zine et la Xain­trie. 1

La dé­marche. Cette su­per struc­ture a été créée à l’ini­tia­tive des élus cor­ré­ziens et lo­tois, au­tour d’un bas­sin de vie dont le fil conduc­teur est la ri­vière Dor­dogne, pour mieux faire connaître cette des­ti­na­tion tou­ris­tique : « of­frir une vi­si­bi­li­té ac­crue à la val­lée de la Dor­dogne ».

« On s’est po­si­tion­né du point de vue du tou­riste qui n’a pas de fron­tière », ex­pliquent Gilles Lié­bus et Yves Buis­son, res­pec­ti­ve­ment pré­sident et di­rec­teur de l’of­fice de tou­risme Val­lée de la Dor­dogne. Le re­grou­pe­ment per­met de mu­tua­li­ser les moyens hu­mains et fi­nan­ciers, pour pe­ser plus lourd tout en évi­tant aux dé­par­te­ments de se faire concur­rence. 2

L’epic. Le nou­vel OT a pris la forme d’un EPIC (éta­blis­ se­ment pu­blic à ca­rac­tère in­dus­triel et com­mer­cial) en pre­nant l’exemple du nord du Lot où, en 2011, huit OT ont fu­sion­né dans un but de pro­fes­sion­na­li­sa­tion. Le co­mi­té de di­rec­tion compte 15 élus du Lot et 12 de la Cor­rèze, ain­si que 20 pro­fes­sion­nels (10 de chaque dé­par­te­ment) : « Le pré­sident est Lo­tois et le vice­pré­sident Cor­ré­zien, Alain Si­mo­net ».

Trois des cinq OT as­so­cia­tifs cor­ré­ziens, ceux de Beau­lieu­sur­dor­dogne, d’au­ba­zine et de la Xain­trie, ont ces­sé leurs ac­ti­vi­tés ; les as­so­cia­tions de Col­ longes­la­rouge et Ar­gen­tat ont chan­gé de sta­tut et sont dé­sor­mais char­gées de la ges­tion d’ac­ti­vi­tés cultu­relles : « Tous les sa­la­riés ont été re­pris, se­lon l’en­ga­ge­ment pris par les élus cor­ré­ziens, sou­ligne Yves Buis­son. Nous avons créé un nou­vel EPIC et ré­or­ga­ni­sé les équipes. Les res­pon­sables des OT sont de­ve­nus des cadres à qui on a confié une spé­cia­li­té (com­mer­cia­li­sa­tion des vi­sites gui­dées, dé­marche qua­li­té…) ». Si le ser­vice com­mer­cial s’est ins­tal­lé à Col­longes, les autres ser­vices se sont dé­lo­ca­li­sés à Saint­cé­ré (Lot) avec l’équipe de di­rec­tion, le pôle res­sources hu­maines, le web­mas­ter… « Le reste du ter­ri­toire compte 16 bu­reaux d’ac­cueil en été. Un stan­dard té­lé­pho­nique unique a été ins­tau­ré ». 3

La ré­or­ga­ni­sa­tion. La mu­tua­li­sa­tion de­mande au per­son­nel de connaître tout le ter­ri­toire, et plus seule­ment sa par­tie cor­ré­zienne ou lo­toise. « Il va fal­loir tra­vailler la co­hé­sion d’équipes sur un ter­ri­toire plus vaste, pour­suit Yves Buis­son. La connais­sance du ter­ri­toire va se faire à tra­vers l’or­ga­ni­sa­tion d’éduc­tours (vi­sites gui­dées d’un ter­ri­toire), de fiches ré­di­gées par ceux qui connaissent un sec­teur par coeur, un tra­vail en binôme sur les dif­fé­rents bu­reaux… Mais tout ça hors sai­son es­ti­vale car au­jourd’hui la prio­ri­té est d’ac­cueillir les tou­ristes ». L’OT ne veut pas non plus se cou­per de la proxi­mi­té avec les pres­ta­taires tou­ris­tiques : « Un pôle de re­la­tions avec les pres­ta­taires a été créé, avec des ré­fé­rents par fi­lière pour gar­der le contact avec le ter­rain ».

En­fin, dans ce ma­riage, les deux par­ties, tous en ap­pre­nant à se connaître, adaptent leurs ou­tils. « Sur le site in­ter­net, on a dû ima­gi­ner de nou­velles ru­briques, une nou­velle com­mu­ni­ca­tion, sou­ligne Marielle La­combe, char­gée de la com­mu­ni­ca­tion. On a consta­té par exemple que la Cor­rèze pro­pose des ma­ni­fes­ta­tions spor­tives im­por­tantes : on a donc créé une page spé­ci­fique ». Le ma­riage Lot et Cor­rèze est ce­pen­dant as­sez na­tu­rel : « Nous sommes du Lot (du nord du Lot) mais on va plus sou­vent à Brive ou à Beau­lieu qu’à Ca­hors ». ■

(*) Le ter­ri­toire s’étend sur six com­mu­nau­tés de com­munes cor­ré­ziennes (Mi­di Cor­ré­zien, Mer­coeur, Saint­pri­vat, Pays d’ar­gen­tat, Pays de Bey­nat, Sud cor­ré­zien) et trois lo­toises (Causse et Val­lée Dor­dogne, Cère et Dor­dorgne, Sous­cey­rac).

PHOTO D’ARCHIVES FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

BEAU­LIEU. Le tou­riste n’a pas de fron­tière, L’OT Val­lée de Dor­dogne a cas­sé celle de la Cor­rèze et du Lot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.