Le piège ita­lien s’est re­fer­mé sur l’es­pagne, bat­tue 2­0 en 8es de fi­nale

De­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion, Di­dier Des­champs a chan­gé son équipe et aus­si d’or­ga­ni­sa­tion à chaque match. Le sé­lec­tion­neur semble en­core à la re­cherche de la bonne for­mule.

La Montagne (Brive) - - La Une - Di­dier Cros

Cette équipe de France a du ca­rac­tère. Elle a le soutien in­con­di­tion­nel de ses sup­por­ters. In­con­tes­ta­ble­ment, elle pos­sède beau­coup de qua­li­tés… mais aus­si beau­coup de fai­blesses. Sur­tout elle n’a pas en­core trou­vé la bonne for­mule.

Dimanche, face à l’eire, Di­dier Des­champs a ali­gné une qua­trième com­po­si­tion dif­fé­rente en au­tant de ren­contres.

Contre l’al­ba­nie, le sé­lec­tion­neur n’avait pas hé­si­té à chan­ger de sys­tème à la mi­temps. Il a re­com­men­cé contre l’ir­lande. Mar­tial et Kan­té avaient fait les frais du pas­sage du 4­3­3 au 42­3­1 contre l’al­ba­nie et au 44­2 contre l’eire.

Contre la Rou­ma­nie, « DD » avait aus­si chan­gé son fu­sil d’épaule en se­conde pé­riode en mo­di­fiant le po­si­tion­ne­ment de Payet re­cen­tré dans l’axe.

Quatre matchs, quatre équipes dif­fé­rentes

Contre l’al­ba­nie il n’avait pas hé­si­té non plus à lais­ser sur le banc deux cadres, Pog­ba et Griez­mann pour des rai­sons certes dif­fé­rentes

Toutes ces mo­di­fi­ca­tions tra­duisent un réel pou­voir d’adap­ta­tion. Des­champs sait prendre des dé­ci­sions fortes. Mais elles tra­duisent aus­si une in­ca­pa­ci­té à trou­ver la bonne or­ga­ni­sa­tion alors que pen­dant deux ans, la France avait évo­lué de ma­nière im­muable en 4­3­3.

Après quatre matchs, au­cune équipe type ne s’est en­core dé­ga­gée fran­che­ment. Ce qui est d’au­tant plus in­quié­tant puisque les quatre pre­miers ad­ver­saires étaient des équipes de se­cond rang mais qui lui ont toutes po­sé d’énormes pro­blèmes.

Des­champs bé­né­fi­cie de cir­cons­tances at­té­nuantes. Le sé­lec­tion­neur a per­du la moi­tié de son équipe type jus­qu’à la re­mise de la liste des 23. Pour des bles­sures ou des rai­sons ex­tra­spor­tives, de nom­breux for­faits ont per­tur­bé la pré­pa­ra­tion (Ben­ze­ma, Val­bue­na, Sa­kho, De­bu­chy, Va­ranne, Diar­ra).

Pour dimanche, des in­cer­ti­tudes planent en­core sur l’or­ga­ni­sa­tion bien et no­tam­ment l’ar­ti­cu­la­tion du mi­lieu de ter­rain (voir par ailleurs). Les sus­pen­sions de Ra­mi et de Kan­té vont aus­si en­gen­drer par force des chan­ge­ments.

Ces tâ­ton­ne­ments ne sont pas dus seule­ment à des ques­tions « tac­ti­co­tac­tique ». Les Fran­çais, ont été trop sou­vent dans la réaction de­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion preuve qu’ils ont de l’or­gueil.

Face à l’ir­lande mais aus­si contre la Rou­ma­nie ou l’al­ba­nie, leur en­tame de match et glo­ba­le­ment leur pre­mière mi­temps a été in­digne. À chaque fois, il a fal­lu que le coach et cer­tains cadres aus­si haussent le ton dans le ves­tiaire, à la pause, pour re­mettre les joueurs dans le droit che­min en termes d’en­ga­ge­ment et de dé­ter­mi­na­tion. Contre la Rou­ma­nie, la pres­sion liée à un match d’ou­ver­ture pou­vait être lé­gi­ti­me­ment avan­cée. Elle n’est plus va­lable dé­sor­mais. Au­de­là du manque de re­pères lié à tous ces chan­ge­ments et aux ab­sences, la France est éga­le­ment dé­pour­vue de joueurs d’ex­pé­rience. Payet, Griez­mann, Kan­té, Pog­ba sont des élé­ments ta­len­tueux mais ils sont jeunes et/ou ils ont en­core peu de vé­cu au ni­veau in­ter­na­tio­nal. Ce qui est un vrai han­di­cap plus on avance dans la com­pé­ti­tion.

Par­mi les équipes fa­vo­rites fi­gurent l’al­le­magne, la Bel­gique, no­tam­ment, qui sont clai­re­ment mon­tées en puis­sance lors des hui­tièmes de fi­nale. La France n’a pas en­core de cer­ti­tude. Elle donne l’in­quié­tant sen­ti­ment de na­vi­guer en­core à vue, au gré des cir­cons­tances. Ce qui n’est pas ras­su­rant alors que de gros mor­ceaux se pro­filent à l’ho­ri­zon. ■

SELECTIONNEUR Di­dier Des­champs n’a pas été épar­gné par les sou­cis lors de la pré­pa­ra­tion ce qui peut ex­pli­quer les dif­fi­cul­tés ren­con­trées à dé­ga­ger une équipe type in­dis­cu­table de­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.