Usa­gers de l’aé­ro­port et ri­ve­rains dis­cutent à nou­veau

Une nou­velle réunion de tra­vail a eu lieu entre les ac­ti­vi­tés aé­riennes de loi­sirs et les ri­ve­rains La po­lé­mique qui op­pose les usa­gers de l’aé­ro­port Brive Val­lée de la Dor­dogne et les ha­bi­tants des com­munes voi­sines a amor­cé un tour­nant peu­têtre décisif.

La Montagne (Brive) - - La Une - Pris­cille Peyre

C’est une his­toire vieille comme l’aé­ro­port, mais qui ap­pro­che­rait du dé­noue­ment. Six ans que les usa­gers de l’aé­ro­drome et les ri­ve­rains des com­munes voi­sines tentent, en vain, de ré­gler leurs bis­billes (voir chro­no­lo­gie ci­contre). La réunion de tra­vail du 21 juin der­nier pour­rait ce­pen­dant chan­ger la donne. Re­tour sur les prin­ci­paux élé­ments du dos­sier.

Les par­ties en­ga­gées. D’un cô­té, quatre as­so­cia­tions et une école pri­vée ba­sées sur l’aé­ro­port Brive Val­lée de la Dor­dogne pour la pra­tique des ac­ti­vi­tés d’avia­tion gé­né­rale (cours de pi­lo­tage, bap­têmes de l’air…). De l’autre, cinq as­so­cia­tions de ri­ve­rains ha­bi­tant sur les com­munes en­vi­ron­nantes (le Causse, Tu­renne, Cres­sen­sac…).

Les sources du conflit. Pour les ri­ve­rains, les clauses de la charte si­gnée avant l’ou­ver­ture de l’aé­ro­port ne sont pas res­pec­tées par les usa­gers des avions lé­gers (*). Ils dé­noncent no­tam­ment des nui­sances so­nores su­pé­rieures au plan d’ex­po­si­tion au bruit, et une ré­gle­men­ta­tion des tours de pistes trop flexible (ho­raires et zones de vol à re­dé­fi­nir). Des ac­cu­sa­tions dont les clubs se dé­fendent.

La po­si­tion de l’aé­ro­port. Pour Da­ny Blan­chet, di­rec­teur, « l’aé­ro­port n’a pas un rôle d’ar­bitre, mais d’in­fra­struc­ture ou­verte à la circulation pu­blique et ga­rante du bon fonc­tion­ne­ment ». Or, dans cette af­faire, « il n’y a pas de pro­blème d’in­frac­tions au rè­gle­ment, ni d’in­sé­cu­ri­té ; la ques­tion porte sur un com­pro­mis en ma­tière de bonne conduite ».

Ce qui pour­rait chan­ger. Mal­gré plu­sieurs ten­ta­tives de conci­lia­tion, au­cun ar­ran­ge­ment n’a été trou­vé jus­qu’à pré­sent. Tou­te­fois, le dos­sier vient d’être re­lan­cé lors d’une réunion de tra­vail te­nue le 21 juin der­nier. Trois élé­ments la dis­tin­guaient des pré­cé­dentes as­sem­blées : un nou­veau ré­fé­rent DGAC (Di­rec­tion gé­né­rale de l’avia­tion ci­vile) ba­sé à Bor­deaux, du fait de l’in­té­gra­tion à la Grande Ré­gion ; un chan­ge­ment de sous­pré­fet, Jean­paul Vi­cat ayant suc­cé­dé à Guy Mas­crès il y a un an ; en­fin, un co­mi­té au grand com­plet, les po­ten­tiels si­gna­taires étant tous re­pré­sen­tés au­tour de la table.

À l’is­sue de la réunion, les in­ter­lo­cu­teurs sont res­tés pru­dents : pas ques­tion de par­ler à tort et à tra­vers. Pour au­tant, tous ont sou­li­gné la qua­li­té de l’in­ter­ven­tion. « Ç’a été une réunion très construc­tive », ont re­pris en choeur usa­gers et ri­ve­rains. « Per­sonne ne s’est fâ­ché, il n’y a eu au­cun coup de gueule. On a en­fin pu ou­vrir un dia­logue ».

Jean­paul Vi­cat a, quant à lui, com­men­té : « On es­saye de mettre en place un sys­tème per­ma­nent d’échanges, pour que les mé­con­ten­te­ments puissent être ex­pri­més et désa­mor­cés le plus vite pos­sible. Des ef­forts sont dé­jà faits et on a ar­rê­té dif­fé­rents prin­cipes. On se ver­ra en co­mi­té res­treint dans les se­maines à ve­nir pour dé­ci­der de l’ave­nir du do­cu­ment contrac­tuel à si­gner, qui pour­rait être une an­nexe au rè­gle­ment in­té­rieur ou une charte à part en­tière ». ■

(*) Les avions com­mer­ciaux, qui re­pré­sentent en­vi­ron 2.000 mou­ve­ments par an, ne sont pas in­cri­mi­nés.

ARCHIVES QUEN­TIN REIX

AVIA­TION LÉ­GÈRE. Les ac­ti­vi­tés comme la vol­tige aé­rienne sont concer­nées par cette né­go­cia­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.