Le meilleur ap­pren­ti peintre en car­ros­se­rie a été for­mé à Brive

La Montagne (Brive) - - La Une - Émi­lie Auf­fret

À 19 ans, Anthony Bour­geade a été sa­cré meilleur ap­pren­ti de France en pein­ture en car­ros­se­rie, op­tion « dé­cor ». Il suit un cur­sus de pro­fes­sion­na­li­sa­tion entre La­voi­sier, à Brive, et une en­tre­prise can­ta­lienne.

Il y a eu les mon­tagnes, les dé­serts, James Bond… Sur les murs de l’ate­lier du CFA La­voi­sier, à Brive, les ca­pots de voi­ture sus­pen­dus af­fichent les cou­leurs des thèmes des an­nées pré­cé­dentes. Ces thèmes, ce sont ceux im­po­sés chaque an­née pour les Olym­piades des mé­tiers et le concours de Meilleur ap­pren­ti de France pein­ture en car­ros­se­rie, op­tion « dé­cor ».

Foule en dé­lire

Et cette an­née, je vous le donne en mille, l’eu­ro de football a fait bouillon­ner l’ima­gi­na­tion des ap­pren­tis. Anthony Bour­geade s’est creu­sé la tête pour « trou­ver un des­sin sym­pa ». À 19 ans, le Can­ta­lien ne réa­lise tou­jours pas qu’il a ob­te­nu la mé­daille d’or au ni­veau ré­gio­nal, à Bor­deaux, puis au ni­veau na­tio­nal, à Al­bi.

Le jeune homme, qui suit un cur­sus en contrat de qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle (CQP) entre La­voi­sier, à Brive, et une en­tre­prise à Mau­riac, d’où il est ori­gi­naire, ma­nie l’aé­ro­graphe d’une main de maître. Avec ce pe­tit ou­til, il a réa­li­sé une foule en dé­lire dans les tri­bunes d’un stade, des pro­jec­teurs al­lu­més plus vrais que na­ture, une pe­louse aux dé­tails ci­se­lés… « Il fal­lait que je puisse créer de la pro­fon­deur alors j’ai pro­je­té une photo grâce à un ré­tro pro­jec­teur et j’ai des­si­né ». Près de lui, son for­ma­teur Jé­rôme Ma­la­gnoux ne feint pas sa fier­té. « Son tra­vail est sor­ti du lot par la com­plexi­té de la construc­tion gra­phique. Cette idée de trompe l’oeil… ». Près de 50 heures de tra­vail ont été né­ces­saires à Anthony Bour­geade pour ache­ver le dé­cor de ce ca­pot de C3.

Et pour le jeune homme, qui aime la com­pé­ti­tion, être meilleur ap­pren­ti de France va ac­cé­lé­rer sa tra­ jec­toire. « J’ai­me­rais par­tir. Al­ler voir autre chose… En tout cas, c’est bien de se confron­ter aux autres, de voir ce qu’on vaut ». Le der­nier meilleur ap­pren­ti de France is­su d’une pro­mo­tion du ly­cée La­voi­sier re­monte à cinq ans. « Il a mon­té sa propre en­tre­prise. Il of­fi­cie sur les voi­tures an­ciennes. Au­jourd’hui, il tra­vaille même aux États­unis. Ça ouvre des portes, c’est cer­tain », as­sure Jé­rôme Ma­la­gnoux.

Va­lo­ri­sant pour tous

Va­lo­ri­sant pour le lau­réat d’une part, mais aus­si pour ses ca­ma­rades. « Ces concours sont pro­po­sés sur la base du vo­lon­ta­riat. Quand l’un d’entre eux est pri­mé, ça crée de l’ému­la­tion pour tous, pour­suit­il. Tous les jeunes ne sont pas ce qu’on veut nous lais­ser en­tendre ac­tuel­le­ment ».

Anthony Bour­geade pense aus­si aux re­tom­bées pour son em­ployeur mau­ria­cois. « C’est bien, ça nous fait une bonne pu­bli­ci­té qui pour­ra peu­têtre nous ame­ner des clients. C’est tou­jours in­té­res­sant de sa­voir que là, il y a un jeune qui se dé­brouille bien ». ■

PHOTO F. LHERPINIÈRE

RÉA­LI­SA­TION. Sur le ca­pot de C3, Anthony Bour­geade (à droite), meilleur ap­pren­ti de France, a uti­li­sé de la pein­ture acry­lique avec un aé­ro­graphe ou des po­choirs. Son for­ma­teur, Jé­rôme Ma­la­gnoux, re­con­naît vo­lon­tiers la qua­li­té de son tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.