ANNE-MA­RIE CO­CU­LA

His­to­rienne en charge de la com­mis­sion sur le nom de la ré­gion

La Montagne (Brive) - - Le Fait Du Jour - Par Sé­bas­tien Du­bois

Qu’avez-vous pen­sé du vote sur le nom ? C’était un vote très so­len­nel. Chan­ger de nom, c’est un sym­bole très fort. Il y a de nom­breuses in­ter­ven­tions, avec des to­na­li­tés dif­fé­rentes, liées à la pré­sence d’élus d’an­ciennes ré­gions. Il n’a ja­mais été ques­tion dans les mé­thodes de tra­vail, d’ef­fa­cer les iden­ti­tés. Je pense même qu’à l’in­té­rieur de cette nou­velle ré­gion, il y a beau­coup d’élé­ments qui plaident en fa­veur des iden­ti­tés dif­fé­rentes. Elles sont tou­jours en dé­ve­lop­pe­ment, mais on ne va pas su­per­po­ser un cou­vercle des­sus. C’est au contraire une va­lo­ri­sa­tion qui doit être mise en oeuvre. Dans l’agroa­li­men­taire, le tou­risme. Il fau­dra mettre en avant la va­lo­ri­sa­tion de cha­cun.

On a beau­coup par­lé d’his­toire pour ce nom. Mais l’ave­nir ? Il faut que ce nom parle aux tou­ristes, mais aus­si aux jeunes, pour leur mo­bi­li­té. Il va fal­loir du temps, c’est fa­cile pour la Bre­tagne, pour les deux Nor­man­die qui fu­sionnent. Ce se­ra plus dif­fi­cile pour le Grand-est ou les Hauts-de-france. Mais au ni­veau des éner­gies, j’y crois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.