Double Brexit pour l’an­gle­terre, sor­tie par une Islande hé­roïque

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

Est-ce vrai­ment une sur­prise ? Une chose est sûre, l’islande a im­pres­sion­né hier soir, en écar­tant l’an­gle­terre (2-1) et en se qua­li­fiant pour les quarts de fi­nale de l’eu­ro 2016, face à la France, dimanche (21 heures).

Avant la ren­contre, l’islande n’avait presque plus rien à prou­ver tant elle avait dé­jà sé­duit la pla­nète football. Car avant cet Eu­ro 2016, l’islande res­sem­blait plus à un Ov­ni qu’à un quart de fi­na­liste de cham­pion­nat d’eu­rope.

Hier à Nice, face aux An­glais, on leur an­non­çait un en­fer. Mais to­ta­le­ment dé­com­plexés, re­mar­qua­ble­ment li­bé­rés d’avoir dé­jà at­teint un 8e de fi­nale d’eu­ro, les Is­lan­dais ont mon­tré qu’ils avaient bien les pieds sur terre.

Pour­tant, dès la 3e mi­nute, la for­te­resse is­lan­daise cé­da, sur une mau­vaise sor­tie de son gar­dien Hall­dors­son sur Stur­ridge. En re­tard, le por­tier en­voyait Roo­ney sur le point de pe­nal­ty. L’at­ta­quant de Man­ches­ter Uni­ted trans­for­mait (1­0, 3e).

Cer­tains ont dû pen­ser, à ce mo­ment­là du match, que le cau­che­mar com­men­çait pour les hommes de Lars La­gerbäck. Ceux­là se sont trom­pés. Deux mi­nutes plus tard, sur une longue touche, Ar­nas­son dé­viait le bal­lon de la tête dans la sur­face, Si­gurd­sson n’avait qu’à tendre la jambe droite pour battre Hart (1­1, 5e).

Dé­ce­vant, le col­lec­tif an­glais s’est com­pli­qué la vie. En dé­mul­ti­pliant les passes courtes, les pro­té­gés de Roy Hodg­son ne sont que ra­re­ment en­trés dans les 10 der­niers mètres du camp de l’islande. Kane, de loin, frap­pait et frô­lait la barre de Hall­dors­son. Puis Ster­ling, en­voyait lui aus­si un bou­let de ca­non, non ca­dré.

Alors oui, les « Th­ree Lions » ont do­mi­né pen­dant les vingt pre­mières mi­nutes. Mais der­rière, les An­glais ne sont pas exempts de tout re­proche. Et face à une équipe aus­si pug­nace, au­cune er­reur n’est to­lé­rée. L’an­gle­terre en a fait les frais.

Après une sé­quence à une touche de balle à l’en­trée de la sur­face de ré­pa­ra­tion, Sig­thors­son fai­sait taire les sup­por­ters An­glais, en trom­pant un Hart dont la main gauche sem­blait ca­ou­tchou­teuse (1­2, 18e). Le stade lui, vi­brait au son des « Ahou » des sup­por­ters Is­lan­dais. Les « Th­ree Lions » ont en­suite goû­té au bloc dé­fen­sif d’une équipe unie, qui a vé­ri­ta­ble­ment créé la sen­sa­tion.

Pa­ni­quée, la dé­fense bri­tan­nique a souf­fert en se­conde pé­riode. Et sur un re­tour­né acro­ba­tique de Si­gurd­sson à bout por­tant (56e), Hart sau­vait les meubles.

Plus à l’aise en fin de match, Var­dy, en­tré en jeu à la place de Ster­ling, par­tait seul au but. Si­gurd­sson re­ve­nait et ta­clait par­fai­te­ment l’at­ta­quant de Lei­ces­ter. So­lide, l’islande a mé­ri­té son billet pour les quarts. Et un millé­naire plus tard, c’est la France qui de­vra se dé­faire des Vi­kings. ■

SUR­PRE­NANTS. Pour leur pre­mier Eu­ro, les Is­lan­dais font forte im­pres­sion en se qua­li­fiant pour les quarts de fi­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.