Mi­chaël Youn à l’état sau­vage

Dé­cou­verte Mi­chaël Youn a tou­jours ai­mé les ex­pé­riences ori­gi­nales. Il a donc ac­cep­té de par­ti­ci­per à l’émis­sion « À l’état sau­vage », sur M6 aux cô­tés de Mike Horn.

La Montagne (Brive) - - Actu Télé - Em­ma­nuelle Li­taud

L’idée ? Vivre pen­dant six jours le quo­ti­dien de l’aven­tu­rier en tra­ver­sant le dé­sert de Na­mi­bie avec un cou­teau, de la corde et un peu d’eau.

Pour­quoi avoir ac­cep­té cette ex­pé­rience ? Pour re­le­ver un dé­fi phy­sique et men­tal avec l’en­vie de cher­cher mes li­mites et de les dé­pas­ser. J’avais aus­si en­vie de dé­cou­vrir l’une des 36 ré­gions dé­ser­tiques de la pla­nète et le faire dans des condi­tions dif­fé­rentes, sans confort ni tech­no­lo­gie. En­fin, j’ai dit oui pour l’aven­ture hu­maine. Par­tir à l’autre bout du monde avec Mike Horn, c’est comme jouer au football avec Zi­dane ! Comment avez-vous vé­cu ce voyage ? On re­vient à l’es­sence de ce que l’on est : on marche pour trou­ver à man­ger. La na­ture vous pousse à beau­coup d’hu­mi­li­té, la moindre er­reur peut être fa­tale. À au­cun mo­ment, je n’ai pen­sé à mes films ou mes pro­jets. J’ai per­du 7 kg et j’en ai lais­sé une di­zaine d’autres de sou­cis. Que pen­sez-vous de Mike Horn, votre aco­lyte ? On a sym­pa­thi­sé très vite, je l’adore ! C’est quel­qu’un de hors du com­mun, qui est pro­fon­

dé­ment vi­vant. Ce voyage était un stage de vie et de sur­vie. Quand vous êtes avec lui, tout est pos­sible, il vous donne une force in­croyable. Dans son quo­ti­dien, il n’a pas de biens ma­té­riels, il a la pla­nète comme ter­rain de jeu, il est riche !

Qu’avez-vous ap­pris pen­dant cette se­maine? Cette ex­pé­rience a été pé­nible, mais elle m’a per­mis de dé­cou­vrir une autre fa­çon de voir la vie. Au contact de Mike, je me suis ren­du compte que le bon­heur passe par plus d’égoïsme. Il fait des choses qui le rendent heu­reux et il trans­met ça. Cette aven­ture avait une di­men­sion de voyage ini­tia­tique. J’ai dé­cou­vert une par­tie de moi que je ne connais­sais pas. Je ne suis pas quel­qu’un de très confiant et cette aven­ture a ren­for­cé mon amour­propre.

Que vous reste-t-il trois mois après le tour­nage ? Une pe­tite lu­mière qui me dit : « N’ou­blie pas ». Je suis de­ve­nu plus cu­rieux. Cette ex­pé­rience m’a don­né de l’éner­gie, de la créa­ti­vi­té. J’ai aus­si en­vie de pas­ser des va­cances dif­fé­rentes cet été : j’em­mène ma fa­mille tra­ver­ser l’aus­tra­lie en cam­ping­car.

M6. Mi­chaël Youn : « Ce voyage avec Mike Horn était un stage de vie et de sur­vie ».

Trois films à ve­nir Cet été, Mi­chaël Youn va réa­li­ser le film « Ac­tion ou vé­ri­té ». Il en­chaî­ne­ra ave­cun­deuxiè­me­long­mé­tra­ge­qu’ila écrit, « EVG ». « C’est l’his­toire d’un en­ter­re­ment de vie de gar­çon au Mexi­que­qui­se­pas­se­mal.ilya­deuxou­trois pas­se­relles avec ce que j’ai vé­cu dans “À l’état sau­vage” », confie-t-il. « À l’état sau­vage » à 21 heures sur M6

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.