L’ita­lie fait de nou­veau peur à l’eu­rope

Im­pres­sion­nante face à l’es­pagne, la Squa­dra Az­zu­ra voit sa cote re­mon­ter en flèche

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 - Ra­phaël Co­quel ra­phael.co­quel@cen­tre­france.com

Dé­jà vue à son avan­tage contre la Bel­gique en dé­but de tour­noi, l’ita­lie est en­core mon­tée d’un cran contre l’es­pagne lun­di soir. Au point d’ins­pi­rer de nou­veau la crainte chez ses ri­vaux.

Ar­ri­vée sur la pointe des pieds à cet Eu­ro, sans vé­ri­table star pla­né­taire hor­mis la lé­gende Gian­lui­gi Buf­fon (38 ans), l’ita­lie a mis moins de deux se­maines pour y re­ga­gner ses ga­lons de grand d’eu­rope. D’abord en sur­clas­sant la Bel­gique d’en­trée (2­0), alors qu’on lui pro­met­tait l’en­fer, mais sur­tout en ren­voyant à la mai­son sur le même score, la grande Es­pagne, le double te­nant du titre, lun­di soir, en 8es de fi­nale. Au point d’ap­pa­raître dé­sor­mais comme un can­di­dat tout à fait cré­dible au der­nier car­ré, voire mieux…

Une autre mon­tagne à gra­vir en quart

Il lui fau­dra gra­vir une autre mon­tagne ce wee­kend, tout aus­si im­po­sante si ce n’est plus, pour pour­suivre sa route. On parle­ là de l’al­le­magne, l’un des fa­vo­ris, qui semble mon­ter en ré­gime au fil de la com­pé­ti­tion. Mais la Squa­dra Az­zu­ra est loin, très loin de par­tir bat­tue d’avance. Pour peu qu’elle re­pro­duise la qua­li­té de jeu aper­çue contre la Ro­ja, et conserve la même dis­ci­pline tac­tique, la sé­lec­tion dri­vée par An­to­nio Conte au­ra mêmes ses chances.

Le mé­rite en re­vient pour beau­coup à l’an­cien mi­lieu de ter­rain de la Ju­ ven­tus Tu­rin, qui a su ti­rer le meilleur d’un groupe pas for­cé­ment très four­ni en ta­lents mais dia­ble­ment com­plé­men­taire. Ce ne sont pas les Es­pa­gnols, mis au sup­plice pen­dant presque tout le match par les Tran­sal­pins. qui di­ront le contraire.

Il fal­lait d’ailleurs se pin­cer pour y croire lun­di soir, pour voir cette cons­tel­la­tion d’étoiles to­ta­le­ment dé­pas­sée par les évé­ne­ments, in­ca­pable ou presque de po­ser des pro­blèmes à Da­niele De Ros­si et ses troupes, bref pas à la hau­teur de sa ré­pu­ta­tion, il est vrai dé­jà écor­née lors du der­nier Mon­dial. La faute à quoi ? Au re­tour dans la lu­mière du football ita­lien ou à la fin d’un cycle cô­té es­pa­gnol ? Les deux, mon ca­pi­taine. On est, en tout cas, ten­té de don­ner du cré­dit à cette thèse. Le quart de fi­nale contre l’al­le­magne, pro­gram­mé sa­me­di à Bordeaux, per­met­tra d’en sa­voir plus sur la com­pé­ti­ti­vi­té de l’ita­lie et d’af­fi­ner la ré­ponse.

« Nous ne sommes plus les meilleurs »

S’agis­sant du se­cond ver­sant de la ques­tion, re­la­tif à l’es­pagne, le doute n’est plus per­mis. La belle sa­ga touche à sa fin. Le res­sort semble bel et bien cas­sé. Mar­ca, l’un d’un quo­ti­dien spor­tif de ré­fé­rence de l’autre cô­té des Py­ré­nées, ne s’y trom­pait pas hier en bar­rant sa une avec ses mots : « Nous ne sommes plus les meilleurs ». ■

Le ta­bleau fi­nal de l’eu­ro 2016

STAR. Gian­lui­gi Buf­fon (pho­to), homme de base de cette équipe d’ita­lie, a été étin­ce­lant face à l’es­pagne d’inies­ta.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.