John Casablancas, l’homme qui ai­mait les femmes

La Montagne (Brive) - - Cinéma -

Il a fait la car­rière de « su­per­mo­dels » comme Cin­dy Craw­ford et Nao­mi Camp­bell et tra­ver­sé quelques po­lé­miques.

La vie de John Casablancas, fon­da­teur de l’agence Elite dé­cé­dé en 2013, est au coeur d’un do­cu­men­taire, ra­con­té du point de vue de ce sé­duc­teur in­vé­té­ré.

Dans Casablancas, l’homme qui ai­mait les femmes, sur les écrans au­jourd’hui, le fran­co­po­lo­nais Hu­bert Wo­ro­nie­cki fait par­ler à la pre­mière per­sonne l’an­cien pa­tron d’elite, qui est la voix off du film.

« Je ne suis pas jour­na­liste, je ne cher­chais pas à faire une en­quête, je vou­lais ra­con­ter cette époque des an­nées 1970, 80, 90, et la créa­tion des su­per­mo­dels, de fa­çon ci­né­ma­to­gra­phique », ex­plique le réa­li­sa­teur, qui sou­hai­tait faire « un film grand pu­blic, as­sez lé­ger sur ces an­nées très pop et très amu­santes ».

Hu­bert Wo­ro­nie­cki, lui­même an­cien agent de man­ne­quins chez Elite pen­dant quelques an­nées, avait des rap­ports « ami­caux et pro­fes­sion­nels » avec Casablancas, qui lui a don­né ac­cès à ses ar­chives. Des ex­traits d’émis­sions té­lé­vi­sées et d’in­ter­ views, de vi­déos per­son­nelles, cô­toient des images d’ani­ma­tion dans ce film qui tisse le fil de la lé­gende Casablancas. Is­su d’une fa­mille d’in­dus­triels es­pa­gnols émi­grés aux États­unis, créa­teur d’une pre­mière agence Ely­sées 3 avant de fon­der Elite. Qu’il quitte en 2000 après avoir ven­du ses parts. Les plus belles femmes du monde à l’écran. ■

Casablancas, l’homme qui ai­mait les femmes. Do­cu­men­taire de Hu­bert Wo­ro­nie­cki. France. 1h29.

DR

AU TOP. De ses mo­dèles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.