La France cherche les clés du quart

Avant son match « piège », face à l’is­lande, tom­beur de l’an­gle­terre

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

Un en­traî­ne­ment sans confé­rence de presse, hier, après une jour­née à huis clos mar­di : l’équipe de France fait le vide pour trou­ver les clés du quart de fi­nale de di­manche contre l’is­lande, l’énorme sur­prise de l’eu­ro.

Le sé­lec­tion­neur Di­dier Des­champs et les Bleus connaissent les dé­fis qui les at­tendent : gé­rer leur sta­tut de fa­vo­ri, ne pas pa­ni­quer en dé­fense, of­frir les ma­nettes en at­taque au duo Griez­mann­gi­roud et re­trou­ver le vrai Pog­ba.

Pas­sé un pre­mier ouf de sou­la­ge­ment à l’idée d’avoir évi­té l’an­gle­terre, les Bleus com­mencent à prendre conscience qu’ils n’ont pas for­cé­ment ga­gné au change avec les Is­lan­dais. Ils vont af­fron­ter un ad­ver­saire gal­va­ni­sé par son ex­ploit (vic­toire 2­1) et qui n’au­ra rien à perdre.

Le match sent donc le piège à plein nez. Ce quart de fi­nale se­ra une vraie ren­contre de coupe contre le Pe­tit Pou­cet de l’eu­ro et tout se joue­ra au men­tal.

Le pre­mier tour pous­sif de l’équipe de France, té­ta­ni­sée par l’en­jeu, puis son en­tame ca­tas­tro­phique en 8es de fi­nale face à l’eire (2­1) n’in­citent pas for­cé­ment à l’op­ti­misme. Ni les pré­cé­dents his­to­riques : en 1992 (1er tour) et en 2004 (quarts de fi­nale), les Tri­co­lores avaient mor­du la pous­sière contre les fu­turs vain­queurs da­nois et grec, sur­gis de nulle part et to­ta­le­ment li­bé­rés et dé­con­trac­tés.

Le der­nier face­à­face avec les Is­lan­dais est en­core moins ras­su­rant : me­nés 2­0 à la pause, les troupes du sé­lec­tion­neur d’alors, Laurent Blanc, avaient dû s’ar­ra­cher pour s’im­po­ser 3­2 en mai 2012 en match de pré­pa­ra­tion à l’eu­ro.

Um­ti­ti à l’épreuve

Le jeune dé­fen­seur lyon­nais (22 ans) part grand fa­vo­ri pour pal­lier la sus­pen­sion d’adil Ra­mi en char­nière cen­trale. Di­dier Des­champs semble ain­si ré­so­lu à en­voyer au feu, dans un quart de fi­nale de l’eu­ro, un joueur sans au­cune ex­pé­rience en bleu et donc du plus haut ni­veau in­ter­na­tio­nal. Un risque énorme.

Même s’il au­ra en face de lui d’obs­curs at­ta­quants is­lan­dais, Sa­muel Um­ti­ti de­vra gé­rer une pres­sion comme il n’en a pas en­core connue dans sa courte car­rière. Il lui fau­dra être calme, ne pas pa­ni­quer et être d’em­blée en sym­biose avec son binôme dans l’axe, Laurent Kos­ciel­ny, qui se­ra obli­gé de se dé­por­ter vers la droite.

L’is­lande a mon­tré contre l’an­gle­terre qu’elle ne se conten­tait pas d’at­tendre der­rière avant de ba­lan­cer de longs bal­lons de­vant. Bien au contraire, elle sait jouer, maî­trise à mer­veille le 44­2 mis en place par le Sué­dois Lars La­ger­back, pos­sède une cer­taine ap­ti­tude tech­nique et peut faire très mal sur ses contre­at­taques. Um­ti­ti peut donc s’at­tendre à de sa­crés duels.

Le tour­nant du 8e de fi­nale face à l’eire s’est noué à la pause dans le ves­tiaire du Parc OL avec le pas­sage du 4­3­3 en 4­23­1 et le re­pla­ce­ment d’an­toine Griez­mann juste der­rière Oli­vier Gi­roud. Le ré­sul­tat ne s’est pas fait at­tendre : un dou­blé pour « Gri­zou », dont le 2e but a été ini­tié par une as­tu­cieuse re­mise du joueur d’ar­se­nal.

Des­champs va­t­il pour­suivre sur la même voie pour mettre Griez­mann, son atout maître, dans des condi­tions op­ti­males ? L’at­ta­quant de l’at­le­ti­co Ma­drid n’a ja­mais ca­ché que son poste de pré­di­lec­tion se si­tuait dans l’axe, près de l’avant­centre, et s’en­tend de mieux en mieux avec Gi­roud.

Va­t­on en­fin voir le vrai Paul Pog­ba ?

Il fau­dra bien qu’il se montre un jour. Quel­conque dans le jeu de­puis le dé­but de l’eu­ro, Paul Pog­ba n’a pas en­core lan­cé son tour­noi.

Deux images ré­sument pour l’ins­tant son dé­but de com­pé­ti­tion : un geste po­lé­mique as­si­mi­lé à un bras d’hon­neur à la fin de France ­ Al­ba­nie (2­0) et un pe­nal­ty concé­dé en 8es de fi­nale au bout de deux mi­nutes. Pas fran­che­ment re­lui­sant pour ce­lui qui était at­ten­du comme l’une des stars des Bleus à l’eu­ro et que les plus grands clubs eu­ro­péens s’ar­rachent à prix d’or.

Balle au pied, le mi­lieu de la Ju­ven­tus Tu­rin s’est seule­ment conten­té de quelques ful­gu­rances, sur­tout contre la Suisse (0­0) au 1er tour où il a trou­vé la barre trans­ver­sale à deux re­prises. Son ré­veil di­manche se­rait une bé­né­dic­tion pour les Bleus. ■

STRA­TÉ­GIE. Face à des Is­lan­dais plus que convain­cants, le sé­lec­tion­neur de l’équipe de France Di­dier Des­champs n’au­ra pas le droit à l’er­reur, di­manche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.