Na­ni, dans l’ombre de Ro­nal­do

Avant d’af­fron­ter la Po­logne, ce soir

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

Si Cris­tia­no Ro­nal­do était Bat­man, Na­ni se­rait Ro­bin. Mais le com­parse est sor­ti de l’ombre en mar­quant les deux pre­miers buts du Por­tu­gal à l’eu­ro 2016 et il est prêt à ré­ci­di­ver contre la Po­logne, en quarts ce soir à Mar­seille (21 heures).

Un éter­nel es­poir ? « Je vois le même Na­ni que je voyais il y a dix ans, a dé­cla­ré Alain Gi­resse, l’an­cien mi­lieu de ter­rain fran­çais. Il a beau­coup de ta­lent mais mal ex­ploi­té, il n’a pas réus­si la car­rière qu’il au­rait pu ac­com­plir. »

Et Cris­tia­no Ro­nal­do n’y est pour rien. « Il n’a pas pas­sé sa vie à Man­ches­ter Uni­ted avec lui. S’il se re­trouve à Fe­ner­bah­çe ce n’est pas la faute de Ro­nal­do, il faut as­su­mer. Il n’a pas pu ou pas su faire mieux », pour­suit le vain­queur de l’eu­ro 1984 avec la France.

En ef­fet, Na­ni, for­mé au Spor­ting, comme son ca­pi­taine, a pas­sé sept sai­sons à Man U (2007­2014), mais seule­ment les deux pre­mières dans l’ombre de Cris­tia­no. Quand en 2009 la star est par­tie au Real Ma­drid, Na­ni a d’ailleurs vé­cu ses meilleurs mo­ ments avec les Red De­vils. Mais en­suite il est re­tom­bé dans ses ex­cès d’in­di­vi­dua­lisme et n’a plus été un joueur in­dis­pen­sable.

Pen­dant l’eu­ro, Na­ni « a été cor­rect », es­time Gi­resse, dans son rôle de drib­bleur cô­té droit. Il a ou­vert le score contre l’au­triche (1­1) puis éga­li­sé contre la Hon­grie (1­1), avant… le dou­blé de Cris­tia­no Ro­nal­do (3­3 score fi­nal).

Dé­ci­dé­ment, Na­ni re­tombe dans l’ombre du maître. Il ne pèse pas le même poids, mal­gré ses 100 sé­lec­tions (20 buts), tout de même à 29 ans, loin de CR7 et ses 60 buts en 130 capes.

Né à Praia au Cap­vert, Luís Car­los Al­mei­da da Cun­ha, sur­nom­mé Na­ni par sa grande soeur quand il était pe­tit, a ap­pris à se conten­ter des en­trées an­nexes dans la grande his­toire du foot­ball, comme le 600e but de l’eu­ro, mar­qué contre l’is­lande, comme il a ap­pris à vivre dans l’ombre du triple Bal­lon d’or.

Il avait même dû s’ex­cu­ser pu­bli­que­ment au­près de Cris­tia­no pour l’avoir pri­vé d’un tri­plé contre l’es­pagne (4­0), en ami­cal en novembre 2010, en tou­chant le bal­lon qui al­lait en­trer dans le but. Il avait été si­gna­lé, à tort, hors­jeu, et le but avait même été re­fu­sé. ■

DUO. Avant le dou­blé de Ro­nal­do contre la Hon­grie, Na­ni avait un meilleur bi­lan que son co­équi­pier à l’eu­ro.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.