Trois grim­peurs pour un som­met

Con­ta­dor, Froome, Quin­ta­na, les trois fa­vo­ris de la Grande Boucle

La Montagne (Brive) - - Tour De France 2016 -

Les trois fa­vo­ris du Tour, l’es­pa­gnol Al­ber­to Con­ta­dor, le Bri­tan­nique Ch­ris Froome et le Co­lom­bien Nai­ro Quin­ta­na, in­carnent trois types dif­fé­rents de grim­peur, le mythe du cy­clisme qui conti­nue à faire rê­ver le pu­blic de la plus grande course de l’an­née.

Quel est le meilleur grim­peur ? Les avis des tech­ni­ciens di­vergent, se­lon qu’ils ont di­ri­gé l’un d’entre eux. « Pour moi, c’est Quin­ta­na qui est le n°1 », ré­pond Yvon Le­da­nois, au­jourd’hui di­rec­teur spor­tif de BMC.

« Le vrai grim­peur, ce n’est pas ce­lui qui grimpe les cols à 25 km/h de moyenne mais ce­lui qui est ca­pable d’at­ta­quer, de ra­len­tir, d’ac­cé­lé­rer de nou­veau. Cette tech­nique est la pire pour des cou­reurs qui n’ont pas la ca­pa­ci­té à faire ce genre d’ef­forts », ex­plique­t­il.

« Froome par­vient aus­si à le faire mais ce n’est pas na­tu­rel, con­trai­re­ment à Quin­ta­na, c’est dû au tra­vail. Con­ta­dor aus­si est ca­pable de ce genre d’exer­cice mais un peu moins qu’au­pa­ra­vant. Et ce n’est pas en en­trant dans l’âge... », sou­rit Le­da­nois.

Phi­lippe Mau­duit, qui a dri­vé l’es­pa­gnol, prend le contre­pied : « Con­ta­dor est le meilleur de tous, le pro­to­type du grim­peur. » Tout en concé­dant : « Al­ ber­to est dans le cir­cuit de­puis de nom­breuses an­nées. Il a connu des pé­pins, donc phy­si­que­ment la der­nière se­maine du Tour est un peu com­pli­quée. La dif­fé­rence est là. Au­jourd’hui, la force de Quin­ta­na est peut­être sa jeu­nesse. »

Froome, lui, se si­tue dans un autre re­gistre. « C’est plu­tôt le bull­do­zer », com­pare Mau­duit. « Il place une at­taque et il s’en va. Il a des ca­pa­ci­tés de rou­leur que les deux autres n’ont plus ou pas en­core, ce qui lui per­met de main­te­nir une haute in­ten­si­té pen­dant plus long­temps que Con­ta­dor ou Quin­ta­na. »

Au­jourd’hui, les grim­peurs can­di­dats au maillot jaune du Tour doivent être po­ly­va­lents et tra­vailler les contre­la­montre. Dans leur car­rière, les trois fa­vo­ris du Tour ont dé­jà ga­gné des « chro­nos ». Jus­qu’à Quin­ta­na, a prio­ri le moins fort des trois dans l’exer­cice, qui s’est im­po­sé voi­ci quelques jours dans le contre­la­montre de la Route du Sud.

Des ges­tuelles dif­fé­rentes

En mon­tagne, les trois fa­vo­ris du Tour dif­fèrent aus­si par leur ges­tuelle. Con­ta­dor grimpe très souvent en dan­seuse, dans un style aus­si es­thé­tique que ca­rac­té­ris­tique. « Il est tel­le­ment beau à voir », s’ex­ta­sie Alain Gal­lo­pin, un autre de ses an­ciens di­rec­teurs spor­tifs.

Froome pré­fère ­ jus­qu’à main­te­nant ­ res­ter as­sis sur la selle, quitte à tour­ner très vite les jambes dans une im­pres­sion­nante ca­dence s’as­si­mi­lant à une « mou­li­nette ». Quin­ta­na se si­tue entre ces deux ex­trêmes, lui qui semble in­dif­fé­rent aux ef­fets de l’al­ti­tude pour être né et vivre une par­tie de l’an­née sur les hauts pla­teaux an­dins.

Mais tous trois sont ca­pables de chan­ger de rythme dans une as­cen­sion, vio­lem­ment et à tout mo­ment. Même si Froome a l’ha­bi­tude de pas­ser à l’of­fen­sive en conclu­sion du tra­vail pré­pa­ra­toire de ses équi­piers, qui sou­tiennent un rythme éle­vé pour user les ad­ver­saires.

Ame­né à tran­cher le dé­bat, en tant qu’ob­ser­va­teur neutre, Vincent La­ve­nu (AG2R La Mon­diale), ré­pond : « C’est dif­fi­cile d’éta­blir un clas­se­ment car ce sont trois grands grim­peurs. Mais, pour moi, Quin­ta­na est le meilleur grim­peur du monde. Si on re­garde bien sa fa­çon de cou­rir, c’est lui qui est ca­pable de faire le plus la dif­fé­rence. » ■

CON­TA­DOR. L’es­pa­gnol, ici sur les routes du Dau­phi­né, est pour Phi­lippe Mau­duit, « le pro­to­type du grim­peur ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.