Com­plexe et in­con­tour­nable Tur­quie

Le sé­na­teur de l’al­lier de re­tour d’une mis­sion d’in­for­ma­tion

La Montagne (Brive) - - France & Monde - Propos re­cueillis par J. Pilleyre

Le sé­na­teur-maire de Vi­chy Claude Mal­hu­ret pré­sente ce ma­tin un rap­port d’in­for­ma­tion in­ti­tu­lé « La Tur­quie : une re­la­tion com­plexe mais in­con­tour­nable ».

Membre de la com­mis­sion des af­faires étran­gères, de la dé­fense et des forces ar­mées, il est al­lé ju­ger sur place. ■ Com­ment ne pas évo­quer l’at­ten­tat à l’aé­ro­port Atatürk ? Il faut condam­ner de ma­nière ab­so­lue cet acte odieux et té­moi­gner notre so­li­da­ri­té et notre com­pas­sion au peuple turc du­re­ment éprou­vé de­puis des mois par les at­ten­tats. Ces violences ont des causes mul­tiples. Les conflits qui en­san­glantent la Sy­rie et l’irak dé­bordent sur son ter­ri­toire. Les Kurdes du PKK luttent de­puis long­temps contre le gou­ver­ne­ment turc. Et puis il y a, bien sûr, Daech. Tout ce­ci ex­plique que ce pays soit plus du­re­ment frap­pé que d’autres, y com­pris le nôtre. Ce qui rend aus­si plus né­ces­saire que ja­mais la co­opé­ra­tion dans la lutte contre le ter­ro­risme. Ai­der la Tur­quie, c’est ai­der nous­mêmes, car il s’agit d’une terre de pas­sage. ■ Où en est la po­si­tion turque en Sy­rie ? La Tur­quie de­puis quelques mois est en­ga­gée contre l’état is­la­mique. Jusque­là, beau­coup la trou­vaient trop to­lé­rante à l’égard des dji­ha­distes. Les di­ri­geants turcs ont chan­gé d’ana­lyse et c’est peut­être une ex­pli­ca­tion aux at­ten­tats. ■ D’où aus­si le rap­pro­che­ment avec la Rus­sie ? La politique étran­gère turque a tra­ver­sé trois phases. La pre­mière se vou­lait pru­dente avec pour dogme : zé­ro pro­blème avec nos voi­sins. La deuxième, amor­cée en 2011 et confor­tée par la crise sy­rienne, l’a vue dur­cir ses re­la­tions avec la Rus­sie, mais aus­si l’égypte et Is­raël. Les di­ri­geants turcs pen­saient alors que Ba­char al As­sad se­rait ra­pi­de­ment ren­ver­sé. Et il y avait l’épine kurde. Bref, même si elle était membre de l’otan, la Tur­quie s’éloi­gnait de ses al­liés. La nou­velle phase est plus réa­liste. Re­cep Er­do­gan a pré­sen­té ses ex­cuses à la Rus­sie pour l’avion abat­tu alors qu’il avait af­fir­mé qu’il ne le fe­rait ja­mais. La Tur­quie a aus­si re­noué avec Is­raël. En­fin, les cri­tiques à l’égard du pré­sident égyp­tien al­sis­si sont moins vi­ru­lentes. ■ Pour­quoi ce re­vi­re­ment ? La Tur­quie am­bi­tion­nait de de­ve­nir le cham­pion du monde sun­nite. Cette po­si­tion idéo­lo­gique n’a pas mar­ché et a été aban­don­née au pro­fit de la real­po­li­tik. ■ L’union eu­ro­péenne ne l’a pas en­cou­ra­gé ? De­puis 1952, la Tur­quie est le pi­lier sud­est de l’otan. La France est le pays eu­ro­péen qui a la vi­sion du conflit la plus proche de celle d’an­ka­ra. La prin­ci­pale di­ver­gence porte sur le sou­tien des Oc­ci­den­taux aux Kurdes de Sy­rie. La Tur­quie re­doute que le foyer in­sur­rec­tion­nel em­brase le sud­est de son ter­ri­toire. ■ Où en est le pro­ces­sus d’adhé­sion ? En 1999, la Tur­quie a ob­te­nu le sta­tut de pays can­di­dat. En 2005, les né­go­cia­tions ont com­men­cé. Elles traînent de­puis en rai­son, no­tam­ment, de la dé­rive au­to­ri­taire du pré­sident turc et de l’éloi­gne­ment d’une laï­ci­té jusque­là rare dans cette par­tie du globe. En­fin, le Brexit n’ar­range pas les choses. La pre­mière ur­gence de L’UE est de re­mettre de l’ordre en son sein avant de pou­voir pro­po­ser quoi que ce soit à ses voi­sins. ■ Com­ment la Tur­quie s’ac­quitte-t-elle de sa mis­sion au­près des mi­grants ? Ce pays, bien plus pauvre que la France, abrite 2,7 mil­lions de ré­fu­giés si ce n’est plus. Ceux­ci ont le droit de tra­vailler et bé­né­fi­cient d’une cou­ver­ture mé­di­cale. Il faut sa­luer cet im­mense ef­fort de so­li­da­ri­té. L’af­flux de ré­fu­giés via la Tur­quie s’est ta­ri de­puis l’ac­cord du 18 mars der­nier. Mais cet ac­cord ne règle pas le fond du pro­blème. De plus, il lie cette ges­tion des ré­fu­giés à l’ob­ten­tion de vi­sas de court sé­jour pour les res­sor­tis­sants turcs dans l’es­pace eu­ro­péen, ce qui pa­raît étran­ger. L’UE et la Tur­quie doivent faire le point à l’au­tomne. Un ren­dez­vous qui ne se­ra pas fa­cile. ■

PHOTO D. PARAT

RAP­POR­TEUR. Claude Mal­hu­ret. Le sé­na­teur

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.