Une pri­maire nor­male

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités - BER­NARD STÉ­PHAN ber­nard.ste­phan@cen­tre­france.com

En ap­prou­vant les mo­da­li­tés de l’or­ga­ni­sa­tion de la pri­maire à gauche, le PS a fi­na­le­ment le­vé trois obs­tacles hier soir. Le pre­mier, c’est que dé­sor­mais le ca­len­drier est clair et on ne voit pas ce qui pour­rait l’en­rayer. Le deuxième, c’est que les mo­da­li­tés sont telles que per­sonne ne peut s’exo­né­rer de cette pri­maire, ni les fron­deurs, ni Ar­naud Mon­te­bourg, ni les autres cou­rants de la Belle Al­liance Po­pu­laire. Le troi­sième, c’est qu’on ne voit pas ce qui pour­rait conduire les uns et les autres à tra­hir leur pa­role et à re­fu­ser de sou­te­nir Fran­çois Hol­lande si ce der­nier est can­di­dat et gagne.

L’in­cer­ti­tude concer­nant Ar­naud Mon­te­bourg a été dou­ble­ment le­vée hier. D’abord, le con­seil na­tio­nal a ac­cep­té la plu­part des de­mandes de l’ex­mi­nistre, jus­qu’au pré­sident de la Haute Au­to­ri­té qui a été un proche du chantre du « made in France ». En­suite, hier soir sur TF1, Ar­naud Mon­te­bourg est ve­nu dire qu’il s’en­ga­ge­ra to­ta­le­ment dans la pri­maire et bien en­ten­du qu’il en ac­cep­te­ra toutes les règles, dont le sou­tien au vain­queur quel qu’il soit.

Il n’y a donc, en théo­rie, plus lieu que la gauche aille vo­ter Jup­pé à la pri­maire de la droite, et ce­ci pour au moins trois rai­sons. Pre­miè­re­ment, la pri­maire est là, for­ma­li­sée, elle se­ra or­ga­ni­sée. Deuxiè­me­ment, la gauche de gou­ver­ne­ment au­ra le choix, fût ce contre le pré­sident sor­tant. Troi­siè­me­ment, les mi­li­tants de gauche savent que le seul es­pace pos­sible pour une vic­toire est d’être con­fron­té à Sar­ko­zy ou Ma­rine Le Pen, et donc que l’ex­pré­sident rem­porte la pri­maire à droite.

Dé­sor­mais, une ques­tion de­meure, et pas la moindre : Fran­çois Hol­lande se­ra­t­il can­di­dat ? Il ne faut pas être grand clerc pour ré­pondre oui. La gauche va lais­ser cou­ler le flot mé­dia­tique de la pri­maire à droite. Le ca­len­drier lui se­ra alors fa­vo­rable de dé­but dé­cembre à fin jan­vier. Elle pla­ce­ra le cur­seur du dé­bat sur les po­li­tiques so­ciales et éco­no­miques, en com­pa­rant son bi­lan aux pro­grammes de dé­tri­co­tage pro­mis par la droite. Fran­çois Hol­lande en­tend être le ré­for­ma­teur qui pré­serve l’es­sen­tiel du mo­dèle so­cial. C’est la porte très étroite par la­quelle il veut pas­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.