Des syn­di­cats scep­tiques

Une réunion de­main, et des pro­messes de « pistes concrètes »

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

La re­cherche d’une so­lu­tion pour l’usine Al­stom de Bel­fort doit se pour­suivre de­main lors d’une réunion sur place entre syn­di­cats, di­rec­tion et gou­ver­ne­ment, le Pre­mier mi­nistre as­su­rant qu’elle per­met­trait de « sau­ver » le site.

«Mar­di, nous sau­ve­rons le site d’al­stom à Bel­fort », a dé­cla­ré, hier, Ma­nuel Valls, en pro­met­tant « un cer­tain nombre de pistes concrètes » pour main­te­nir l’ac­ti­vi­té fer­ro­viaire, près d’un mois après l’an­nonce du trans­fert en Al­sace de la pro­duc­tion de lo­co­mo­tives.

In­vi­té du Grand Ju­ry RTL­LCI­LE Fi­ga­ro, le Pre­mier mi­nistre a évo­qué « le rôle de la com­mande pu­blique », les in­ves­tis­se­ments d’al­stom, les pro­jets du « TGV du fu­tur » et du « bus du fu­tur ».

Pru­dense syn­di­cale

« Nous res­tons pru­dents », a ré­agi Oli­vier Koh­ler, dé­lé­gué CFDT, qui se dit « très scep­tique » quant à « ces bus du fu­tur » : « Al­stom peut s’en­ga­ger dans autre chose que les mo­trices fer­ro­viai­ res, mais ce­la de­mande aus­si un en­ga­ge­ment de la part de la di­rec­tion ».

Ven­dre­di, le se­cré­taire d’état à l’in­dus­trie, Ch­ris­tophe Si­rugue, qui doit par­ti­ci­per à cette « réunion de tra­vail » aux cô­tés d’élus locaux, du pa­tron d’al­stom, Hen­ri Pou­partLa­farge, et des syn­di­cats, s’était mon­tré plus me­su­ré que Ma­nuel Valls. « Je ne vais pas al­ler à Bel­fort en di­sant : voi­là une so­lu­tion », avait­il pré­ve­nu. Il avait tou­te­fois in­di­qué qu’« il y au­ra(it) for­cé­ment des élé­ments de ré­ponse » à la si­tua­tion du site, dont 400 des 480 em­plois sont me­na­cés.

Branle-bas de com­bat

L’an­nonce de ce trans­fert a sus­ci­té un branle­bas de com­bat po­li­tique au ni­veau na­tio­nal et une forte mo­bi­li­sa­tion lo­cale, dans cette ville de 50.000 ha­bi­tants où Al­stom est ins­tal­lé de­puis 1879. Alors que le dos­sier d’al­stom Bel­fort me­nace de de­ve­nir, à l’ins­ tar d’ar­ce­lormit­tal à Flo­range, un em­blème de l’im­puis­sance de l’état face à la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, Fran­çois Hol­lande a fixé comme « ob­jec­tif » le main­tien de la pro­duc­tion de lo­co­mo­tives à Bel­fort et de­man­dé au gou­ver­ne­ment de se « mo­bi­li­ser pour qu’il y ait plus de com­mandes ».

Si le maire (LR) de Bel­fort, Da­mien Mes­lot, se ré­jouit de la ve­nue de Ch­ris­tophe Si­rugue de­main, il dit at­tendre plus qu’une simple réunion : « Nous at­ten­dons des an­nonces concer­nant des com­mandes pu­bliques et une di­ver­si­fi­ca­tion du site », a­til ex­pli­qué, sa­me­di.

« Nous sommes prêts à nous mo­bi­li­ser et à in­ves­tir au­près d’al­stom et du gou­ver­ne­ment via Tan­dem, la so­cié­té d’éco­no­mie mixte pa­tri­mo­niale qui gère l’aide aux en­tre­prises dans le Ter­ri­toire de Bel­fort », a­t­il af­fir­mé. ■

Re­port. Dans l’at­tente d’éven­tuelles an­nonces, Al­stom a an­nu­lé la réunion du bu­reau de son co­mi­té de groupe eu­ro­péen pré­vue de­main, à la de­mande des syn­di­cats, échau­dés par deux autres co­mi­tés cen­traux d’en­tre­prise qui n’ont per­mis au­cune avan­cée.

PHO­TO AFP

SA­LA­RIÉS. Vi­gi­lants pour l’ave­nir de Bel­fort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.