RÉ­FLEXION

La Montagne (Brive) - - Six Jouors Chez Vous -

C’est LE ren­dez-vous phare et in­con­tour­nable d’ob­jat. Le mar­ché du di­manche ma­tin offre, en pleine pé­riode (de mai à sep­tembre), une zone de cha­lan­dise forte de 250 ex­po­sants ; une pré­sence qui tombe à 90 en­vi­ron, d’oc­tobre à avril. Il a été ren­du pié­ton par la mu­ni­ci­pa­li­té « pour le dy­na­mi­ser ». Cette dé­ci­sion semble, pour le maire Phi­lippe Vi­dau, peu prê­ter à dis­cus­sion, lorsque la fré­quen­ta­tion est dense. « Quand il y a beau­coup de monde, les gens ne râlent pas. Mais quand il y a des en­droits où il n’y a pas de com­mer­çant non sé­den­taire, c’est vide, lu­gubre. Au­jourd’hui, mal­gré les pres­sions, nous avons pris la dé­ci­sion de le lais­ser comme ça. Tel qu’il est, fer­mé, le mar­ché ne pré­sente au­cun pro­blème de sé­cu­ri­té. Mais rien n’est écrit dans le marbre ». La pos­si­bi­li­té d’ou­vrir l’ac­cès en pé­riode creuse pour per­mettre une cer­taine flui­di­té n’est donc pas écar­tée. D’au­tant, que la des­truc­tion tout juste lan­cée d’un bâ­ti­ment si­tué à proxi­mi­té de la halle ali­men­taire ouvre la porte à de mul­tiples voies de ré­flexion : est-ce que l’es­pace li­bé­ré vien­dra en com­plé­ment du mar­ché ? De­vien­dra-t-il une place ? Un bâ­ti­ment ? « Tout ça reste à voir. Sa­chant que si on agran­dit le mar­ché, il faut mettre des gens de­dans. Et quand je vois com­ment la pé­riode est com­pli­quée sur les quatre à cinq mois d’hi­ver, je me dis que ce n’est pas for­cé­ment ju­di­cieux ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.