Un cadre ou­vert à toutes les op­por­tu­ni­tés

Benjamin Rie­gert est in­gé­nieur es­sais ma­té­riaux

La Montagne (Brive) - - La Montagne Se Bat Pour L'emploi - Fré­dé­ric Ra­biller

In­gé­nieur es­sais ma­té­riaux au la­bo­ra­toire d’air­bus à Tou­louse, em­ployé par Al­tran, un sous-trai­tant du géant de l’aé­ro­nau­tique, Benjamin Rie­gert a dé­ci­dé de ve­nir vivre et tra­vailler en Cor­rèze avec sa femme.

Un dé­par­te­ment d’où est ori­gi­naire son épouse qui tra­vaillait à l’hô­pi­tal de Brive avant de re­joindre Tou­louse.

Avec un pro­fil de mé­tier très spé­ci­fique, le cadre de 35 ans est conscient qu’il ne trou­ve­ra pas un em­ploi qui cor­res­ponde point par point à ses com­pé­tences ac­tuelles.

« C’est vrai qu’en Cor­rèze, les en­tre­prises sont plus dans l’usi­nage que dans le la­bo­ra­toire, et cherchent des sa­la­riés opé­ra­tion­nels ra­pi­de­ment », ex­plique ce­lui qui a écu­mé avec son CV un grand nombre de so­cié­tés du dé­par­te­ment pen­dant six ans. En vain.

Benjamin Rie­gert ne dé­ ses­père pour­tant pas de trou­ver un jour chaus­sure à son pied en Cor­rèze. « Je suis ou­vert à toutes les pro­po­si­tions, à toutes les op­por­tu­ni­tés. Je suis prêt à me for­mer », pré­cise le jeune cadre.

L’in­gé­nieur est même prêt à ac­cep­ter « un poste de tech­ni­cien, pour ap­prendre un mé­tier, quitte à évo­luer au fil des an­nées ».

Benjamin Rie­gert a bien eu l’idée de se for­mer par lui­même à un autre mé­tier, « mais ce n’est pas évident de lâ­cher un em­ploi pour une for­ma­tion sans ga­ran­tie d’en re­trou­ver un autre au bout. Je n’ai pas en­core osé fran­chir le pas ».

Benjamin Rie­gert se pré­sente comme quel­qu’un de cu­rieux ­ « j’aime com­prendre les choses » ­, de pa­tient et de ré­flé­chi. ■

IN­GÉ­NIEUR. Benjamin Rie­gert cherche un poste en Cor­rèze.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.