Op­ti­mi­ser l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique des bâ­ti­ments

Pro­po­ser des mai­sons par­fai­te­ment étanches et éco­nomes en éner­gie, en ne cau­sant qu’un im­pact li­mi­té sur l’en­vi­ron­ne­ment, tel est le dé­fi des construc­teurs de mai­sons en bois ré­pon­dant aux cri­tères RT 2012 en vi­gueur.

La Montagne (Brive) - - Un Métier, Une Formation -

L’en­tre­prise Guillau­mie, spé­cia­li­sée dans les construc­tions en bois et si­tuée dans le Li­mou­sin, a fait de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique son che­val de ba­taille. En­tre­prise de me­nui­se­rie dans les an­nées cin­quante, elle s’est en­suite orien­tée vers une ac­ti­vi­té de char­pente avant de se spé­cia­li­ser dans la construc­tion de mai­sons en bois de­puis une tren­taine d’an­nées, et ré­cem­ment dans la construc­tion de ba­ti­ments pu­blics et lo­caux com­mer­ciaux. Te­nant compte des contraintes, tou­jours plus nom­breuses, sur la ré­gle­men­ta­tion, le construc­teur a mis en place, au fil des ans, un sys­tème de construc­tion en bois par­ti­cu­liè­re­ment per­for­mant en ma­tière d’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique. « Nos mai­sons sont en­tiè­re­ment construites en bois et en ma­té­riaux na­tu­rels, sou­ligne Fa­bien Gau­my, di­rec­teur com­mer­cial chez Guillau­mie. Celles-ci pro­curent un confort ther­mique et acous­tique bien su­pé­rieur aux construc­tions tra­di­tion­nelles grâce à l’uti­li­sa­tion, no­tam­ment de ouate de cel­lu­lose, de laine de bois et de pan­neau en fibre de bois en guise d’iso­lant. » Les murs ont ain­si la par­ti­cu­la­ri­té d’être à la fois pers­pi­rants (1) et res­pi­rants, ce qui per­met de main­te­nir une tem­pé­ra­ture tou­jours constante à l’in­té­rieur des bâ­ti­ments tout en li­mi­tant for­te­ment l’éner­gie ar­ti­fi­cielle. « Les ma­té­riaux que nous uti­li­sons sont ca­pables de sto­cker la cha­leur, mais aus­si le car­bone, ce qui est bon pour l’en­vi­ron­ne­ment », in­dique Fa­bien Gau­my. Concep­tion, fa­bri­ca­tion, as­sem­blage des os­sa­tures, mise en place des iso­lants, in­té­gra­tion des me­nui­se­ries dans les murs, pose de la fi­ni­tion ex­té­rieure… Tout le tra­vail pré­pa­ra­toire se dé­roule en ate­lier, avec l’ap­pui de ma­chines à com­mandes nu­mé­riques. Ce n’est qu’à l’is­sue de ces étapes que le construc­teur se rend sur le chan­tier pour le mon­tage et l’as­sem­blage dé­fi­ni­tif des dif­fé­rents élé­ments. Ce sys­tème construc­tif in­té­gré en to­ta­li­té per­met une construc­tion plus ra­pide que d’autres modes de construc­tion. Pour faire ce mé­tier, il ne suf­fit pas de sa­voir des­si­ner et tra­vailler le bois, il faut aus­si sa­voir ma­nier l’in­for­ma­tique et les lo­gi­ciels de cal­culs. En outre, la maî­trise de l’en­semble du pro­cess de fa­bri­ca­tion per­met au­jourd’hui à l’en­tre­prise de construc­tion de contrô­ler à tous les ni­veaux l’étan­chéi­té de l’en­ve­loppe (toi­ture, murs ex­té­rieurs, me­nui­se­ries ex­té­rieures, plan­chers) à l’air, et donc la per­for­mance éner­gé­tique de ses bâ­ti­ments. « En terme de per­for­mances, nos construc­tions en bois vont bien au-de­là de la norme RT 2012 exi­gée ac­tuel­le­ment, pré­cise Fa­bien Gau­my. Elles at­teignent qua­si­ment les normes des mai­sons pas­sives, pour un coût in­fé­rieur aux exi­gences du pas­sif. » Un bi­lan éner­gé­tique qui se tra­duit par des dé­penses ré­duites en chauf­fage, mais aus­si une qua­li­té de l’air et un confort de vie ac­crus pour ses oc­cu­pants. Et un im­pact li­mi­té sur l’en­vi­ron­ne­ment. Une bonne nou­velle pour la pla­nète !

(1) Les murs pers­pi­rants per­mettent une meilleure mi­gra­tion de la va­peur d’eau au tra­vers des élé­ments qui les consti­tuent, tout en res­tant étanches à l’air.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.