Pé­dia­trie et chi­rur­gie re­ma­niées

Le di­rec­teur confirme une ré­or­ga­ni­sa­tion im­pac­tant sur le nombre de lits

La Montagne (Brive) - - Tulle - Ju­lien Ba­chel­le­rie

Avec un chiffre évo­qué, mais pas ar­rê­té, de 4 mil­lions d’eu­ros d’éco­no­mies à réa­li­ser, la di­rec­tion de l’hô­pi­tal de Tulle pré­voit de ré­or­ga­ni­ser en deux temps d’abord la pé­dia­trie et en­suite la chi­rur­gie pour « ga­gner en ef­fi­cience ».

Si le di­rec­teur de l’hô­pi­tal de Tulle Pas­cal Mok­zan ne va­lide pas en­core le chiffre de 4 M€ avan­cé par syn­di­cat CGT, il concède qu’une ré­flexion est en cours pour par­ve­nir à des éco­no­mies.

« La né­ces­si­té de ré­équi­li­brer les fi­nances de l’éta­blis­se­ment a conduit à ini­tier un tra­vail de ré­flexion et de consul­ta­tion au sein de la com­mu­nau­té hos­pi­ta­lière », in­dique sans plus de pré­ci­sion chif­frée, le res­pon­sable dans un com­mu­ni­qué.

Dé­fi­cit struc­tu­rel

Joint par té­lé­phone, Pas­cal Mok­zan confirme bien un « ef­fort sur 4 M€ » consti­tué par « le dé­fi­cit de l’an der­nier, mais aus­si un dé­fi­cit struc­tu­rel ». Ce der­nier ré­sulte, pré­cise­til, « d’amor­tis­se­ments que nous réa­li­sions sur cer­tains bâ­ti­ments et qu’on nous de­mande de ne plus faire ap­pa­raître sur le ré­sul­tat comp­table. »

Ce­ci étant, cet ob­jec­tif d’éco­no­mies à réa­li­ser n’est se­lon lui pas en­core to­ta­le­ment ar­rê­té : « Une mis­sion d’ap­pui de l’agence ré­gio­nale de santé est ve­nue ré­cem­ment pour réa­li­ser un diag­nos­tic et faire des pré­co­ni­sa­tions. Il faut at­tendre les ré­sul­tats, qui se­ront connus très pro­chai­ne­ment, pour connaître pré­ci­sé­ment les ef­forts bud­gé­taires à réa­li­ser et les pistes à amé­lio­rer. »

Deux axes de tra­vail ont d’ores et déjà été dé­ga­gés. Le pre­mier concerne la pé­dia­trie, ser­vice pour le­ quel une di­mi­nu­tion de 50 % du nombre de lits est pré­vue pour lis­ser l’ac­ti­vi­té sur l’an­née. « Eu égard au taux d’oc­cu­pa­tion amoin­dri, la ré­duc­tion du nombre de lits de 12 à 6 per­met­trait d’ajus­ter les moyens aux be­soins consta­tés. Le ser­vice de pé­dia­trie ré­pond à un réel be­soin de la po­pu­la­tion tul­liste, mais il faut s’adap­ter aux be­soins fluc­tuants se­lon les pé­riodes de l’an­née. »

« Pas de fer­me­ture de ser­vices »

Le deuxième axe de tra­vail a trait à la chi­rur­gie, in­dique Pas­cal Mok­zan. « Nous avons des ser­vices de chi­rur­gie qui ont des vo­lumes dif­fé­rents, avec 12, 9, 15 lits… En terme d’ef­fi­cience, nous pou­vons amé­lio­rer l’or­ga­ni­sa­tion en re­grou­pant ces ser­vices. »

À court terme, le res­pon­sable évoque un re­grou­pe­ment « par uni­tés de deux ser­vices », puis, à moyenne échéance, par­ve­nir à un ser­vice unique. « Il s’agit de rendre le vo­lume ca­pa­ci­taire conforme à ce que nous avons en moyenne sur le ter­ri­toire fran­çais, soit de 24 à 30 lits. » Et d’in­sis­ter : « Nous me­nons une ré­flexion concer­tée dans le sens du re­grou­pe­ment et non de la fer­me­ture de ser­vices. » ■

PHO­TO AGNÈS GAU­DIN

LITS. Le nombre de lits en pé­dia­trie doit passer de 12 à 6 pour plus « d’ef­fi­cience », in­dique le di­rec­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.