Et pour­quoi pas Valls si…

Hol­lande can­di­dat, un scé­na­rio, mais pas le seul

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

L’ac­tuel président de la Ré­pu­blique et son en­tou­rage donnent des signes d’en­vie de can­di­da­ture, mais le risque est grand. Le scé­na­rio Valls can­di­dat s’es­quisse.

Le Par­ti so­cia­liste a mis sur les rails sa pri­maire di­manche, la ren­dant a prio­ri « ir­ré­ver­sible », même si un ac­teur clé de la pièce reste in­con­nu, alors que des doutes sub­sistent sur la can­di­da­ture de Fran­çois Hol­lande.

« Bien sûr » que je pour­rais ne pas être can­di­dat, a­t­il ré­pon­du au JDD ce week­end. « Si j’y vais, c’est pour ga­gner, pas pour fi­gu­rer ». Son­dages en berne et chô­mage en forte hausse en août après deux mois de baisse. Or le président de la Ré­pu­blique a lui­même lié son sort à l’évo­lu­tion de sa courbe.

D’autres cri­tères…

Pour les proches du président, ces élé­ments ne sau­raient em­pê­cher sa can­di­da­ture. « Il y a bien d’autres cri­tères sur les­quels on peut fon­der la réus­site de son ac­tion que l’unique cri­tère de la baisse du chô­mage », ex­plique le chef de file des dé­pu­tés PS Bru­no Le Roux.

Une mi­nistre re­la­ti­vise les mau­vais son­dages ac­tuels : « Le jour où il entre en cam­pagne je suis sûre que l’ali­gne­ment des pla­nètes n’est pas le même. L’en­vie des Fran­çais pour une af­fiche Fran­çois Hol­lande/ni­co­las Sar­ko­zy, ce n’est pas le même su­jet que : qu’est­ce qui se passe le jour où on a ef­fec­ti­ve­ment comme can­di­dats Fran­çois Hol­lande et Ni­co­las Sar­ko­zy. »

Pour beau­coup de so­cia­listes, Fran­çois Hol­lande est le meilleur ga­rant de l’in­té­gri­té d’un PS mi­né par les di­vi­sions.

D’autres res­pon­sables peinent au contraire à voir pour­quoi le président se­rait can­di­dat. « Le so­cial­ré­for­misme re­pré­sente 25 % des voix dans ce pays. Fran­çois Hol­lande est entre 10 et 12. C’est ça le su­jet ! », tem­pête un dé­pu­té proche de Ma­nuel Valls, pour qui le « pro­blème » n’est « pas le bi­lan » mais que le bi­lan n’ait pas été « as­su­mé ». « C’est un pro­blème d’in­car­na­tion. »

Can­di­dat ? « Quand on vous dit : si vous y al­lez c’est la fes­sée dé­cu­lot­tée, vous n’y al­lez pas », pré­dit un proche d’arnaud Mon­te­bourg. Le Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls a envoyé de­puis la ren­trée des si­gnaux sug­gé­rant qu’il se­rait prêt à en­dos­ser le cos­tume de can­di­dat, si Hol­lande dé­cla­rait for­fait.

Dî­ner en ville

Di­manche sur RTL, il s’est po­sé en « pre­mier de cor­dée » pour dé­fendre le bi­lan du président, tout en n’hé­si­tant pas à dé­li­vrer en lieu et place de Fran­çois Hol­lande – et via une ana­phore lui aus­si – les ar­gu­ments en fa­veur d’un nou­veau quin­quen­nat.

Sur France2, la mi­nistre de l’édu­ca­tion Na­jat Val­laud­bel­ka­cem, tout en ju­geant « im­pos­sible » que Hol­lande « re­nonce », a sem­blé prête à suivre le Pre­mier mi­nistre, mal­gré leur dif­fé­rend du mois d’août sur le bur­ki­ni.

« Ma­nuel Valls au­ra in­dé­nia­ble­ment fait preuve de sa ca­pa­ci­té lui à être dans le col­lec­tif, à ma­na­ger une équipe, à conduire des ré­formes et à être en phase avec les va­leurs de la gauche », a es­ti­mé la mi­nistre, qui a par­ti­ci­pé sa­me­di soir à un dî­ner réunis­sant une cin­quan­taine de proches de Valls. ■

PHO­TO AFP

MA­NUEL VALLS. Le can­di­dat de re­cours pour un Par­ti so­cia­liste déso­rien­té ? Une hy­po­thèse si Ho­lande n’y va pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.