Le Mas­sif reste cen­tral

La Montagne (Brive) - - Vie Rurale - Do­mi­nique Dio­gon do­mi­nique.dio­gon@cen­tre­france.com

BUD­GET Le mi­nis­tère de l’agri­cul­ture ver­ra son bud­get aug­men­ter de 15 % à 5,12 mil­liards d’eu­ros en 2017, no­tam­ment pour fi­nan­cer la ré­duc­tion des co­ti­sa­tions concé­dée en fé­vrier aux agri­cul­teurs. LOUPS L’état a ver­sé 19 mil­lions d’eu­ros pour ai­der les éle­veurs à se pro­té­ger du loup et pour les in­dem­ni­ser après des at­taques.

Face à la crise agri­cole ac­tuelle, au-de­là de la ré­forme ter­ri­to­riale, les éle­veurs du Mas­sif cen­tral font cause com­mune et ap­pellent le gou­ver­ne­ment et l’eu­rope à prendre des me­sures d’ur­gence et en pro­fon­deur avant qu’il ne soit trop tard.

Au lieu­dit La Jasse, sur la com­mune de Saint­se­tiers, au mi­lieu de prai­ries et de landes jau­nies, la Cor­rèze tu­toie la Creuse. Comme par­tout ailleurs sur le pla­teau de Mille­vaches, l’éle­vage est le der­nier rem­part contre la prise de pou­voir de la fo­rêt, la fer­me­ture des pay­sages et, ac­ces­soi­re­ment, des com­merces. Pré­lude à une dé­ser­ti­fi­ca­tion to­tale. Les der­niers étein­dront la lu­mière en par­tant.

Ma­rie­france Fo­rest et son com­pa­gnon, Sé­bas­tien Lis­sandre, sont à leur fa­çon des ré­sis­tants. Cette an­cienne res­pon­sable in­for­ma­tique du groupe In­ter­mar­ché a quit­té la vie pa­ri­sienne en 2003 pour in­té­grer le Gaec fa­mi­lial. Un chan­ge­ment de vie tout au­tant que le choix du coeur sur fond de pas­sion pour un ter­ri­toire et sa race em­blé­ma­tique : la li­mou­sine.

« Le gou­ver­ne­ment ne fait pas le bou­lot et le Mas­sif cen­tral paie la note »

Même si la di­plô­mée de science re­con­naît n’avoir « au­cun re­gret », les deux an­nées qui viennent de s’écou­ler ont écor­né ses cer­ti­tudes, comme les fi­nances de l’ex­ploi­ta­tion. La jeune mère de fa­mille a fait ses comptes. Deux étés de sé­che­resse et la fai­blesse des cours ont en­gen­dré un manque à ga­gner an­nuel de 50.000 €. « Quand un des deux tra­vaille à l’ex­té­rieur, ça sta­bi­lise. Or, là, nous sommes tous les deux en crise. C’est notre fa­mille qui est en crise », sou­pire­t­elle.

Des exemples comme ce­lui de Ma­rie­france et de son conjoint, Pa­trick Bé­né­zit et Pas­cal Le­rous­seau, président et se­cré­taire gé­né­ral de la FRSEA Mas­sif cen­tral, peuvent en ci­ter à la pelle. « Le re­ve­nu moyen dans le Li­mou­sin tour­nait déjà au­tour de 10.000 €, un des plus bas de France. Mais la MSA nous a an­non­cé une aug­men­ta­tion de 30 % du nombre d’agri­cul­teurs qui ont bas­cu­lé vers un re­ve­nu in­fé­rieur à 4.180 € an­nuels. Ce­la veut dire que la mi­sère ar­rive », en­rage Pas­cal Le­rous­seau. « Ce qui est mau­vais, c’est la spi­rale de l’en­det­te­ment. Com­ment fait­on pour vivre ? », in­ter­roge Pierre Hey­ma, conseiller can­to­nal.

Face à ce constat dra­ma­tique, par­de­là les nou­velles fron­tières ad­mi­nis­tra­tives, les éle­veurs du Mas­sif cen­tral sont plus que ja­mais dé­ci­dés à faire en­tendre leur voix, va­loir leurs spé­ci­fi­ci­tés. Et quelle meilleure es­trade que le Som­met de l’éle­vage, vi­trine de ses grandes races, de ses grands es­paces et de son or vert, l’herbe, qui dé­bute de­main à Cour­non ?

Les can­di­dats à la pri­maire y sont at­ten­dus de pied ferme pour si­gner une lettre d’en­gage­ ment en cinq points (lire ci­des­sous). Mais les éle­veurs es­pèrent sur­tout ob­te­nir des ré­ponses du mi­nistre de l’agri­cul­ture, Sté­phane Le Foll, et du com­mis­saire eu­ro­péen à l’agri­cul­ture, l’ir­lan­dais Phil Ho­gan.

« La conjoncture est très dé­fa­vo­rable. Les cours de la viande n’étaient déjà pas bons mais ils sont ti­rés en­core plus vers le bas par la dé­ca­pi­ta­li­sa­tion en cours dans le sec­teur lai­tier qui en­gorge le mar­ché », ré­sume Pas­cal Le­rous­seau.

« Or, en­chaîne Pa­trick Bé­né­zit, face à cette si­tua­tion, la so­lu­tion se trouve dans l’ex­port pays tiers, es­sen­tiel­le­ment sur le pour­tour mé­di­ter­ra­néen (Tur­quie, Is­raël, etc.). Mais pour ce­la, il faut des cer­ti­fi­cats sa­ni­taires et donc né­go­cier entre États. Nous avons l’im­pres­sion que le gou­ver­ne­ment fran­çais ne se pré­oc­cupe pas suf­fi­sam­ment de ce type de né­go­cia­tions. Pour­quoi la Po­logne et le Por­tu­gal ont­ils ob­te­nu des cer­ ti­fi­cats et pas la France ? C’est d’au­tant plus ra­geant que nos races sont les plus pri­sées au ni­veau eu­ro­péen que ce soit pour l’en­grais­se­ment, l’abat­tage ou la re­pro­duc­tion. Au­jourd’hui, le gou­ver­ne­ment ne fait pas le bou­lot et c’est en pre­mier lieu le Mas­sif cen­tral qui en paie la note. Au­de­là de me­sures d’ur­gence pour sou­la­ger les tré­so­re­ries, nous at­ten­dons de Sté­phane Le Foll qu’il vienne nous an­non­cer l’ob­ten­tion de nou­veaux cer­ti­fi­cats et donc l’ou­ver­ture de ces pays de­man­deurs de nos ani­maux. »

Phil Ho­gan est, lui aus­si, at­ten­du au tour­nant. « Un an après avoir sup­pri­mé les quo­tas lai­tiers, la Com­mis­sion a en­fin ré­agi en dé­ga­geant de l’ar­gent pour li­mi­ter les vo­lumes. C’était une me­sure né­ces­saire. Reste que per­sonne ne s’est sou­cié des 300.000 vaches lai­tières qui vont fi­nir au­to­ma­ti­que­ment à l’abat­toir avec ce plan lait. Pour évi­ter une dé­sta­bi­li­sa­tion du mar­ché et des cours, l’eu­rope doit lan­cer un pro­gramme de ra­chat pu­blic de viande », mar­tèle le président de la FRSEA Mas­sif cen­tral.

Ini­tia­le­ment, les res­pon­sables syn­di­caux de­vaient pré­sen­ter au Som­met leurs pro­po­si­tions pour la fu­ture PAC 2020. Mais l’ur­gence de la si­tua­tion les a rat­tra­pés. « Seule la mise en oeuvre d’une po­li­tique de prix pour les éle­veurs et de nou­veaux mé­ca­nismes de ré­gu­la­tion pour­ra pé­ren­ni­ser nos ex­ploi­ta­tions », concluent Pas­cal Le­rous­seau et Pa­trick Bé­né­zit. ■

PHO­TO FRAN­CIS CAMPAGNONI

IN­QUIÉ­TUDES. Pierre Hey­ma, Sé­bas­tien Lis­sandre, Ma­rie-france Fo­rest, Pas­cal Le­rous­seau et Pa­trick Bé­né­zit : des éle­veurs du Mas­sif cen­tral qui at­tendent l’an­nonce de me­sures d’ur­gence au Som­met de l’éle­vage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.