JACQUES LEY­TÈRE, PRÉSIDENT DU TRI­BU­NAL DE COM­MERCE DE LI­MOGES

La Montagne (Brive) - - Le Fait Du Jour -

Qui sont les juges du tri­bu­nal de com­merce ? « Ils re­pré­sentent le monde éco­no­mique, ce sont des per­sonnes qui connaissent les dif­fi­cul­tés aux­quelles sont confron­tés les di­ri­geants d’en­tre­prises. »

En quoi consiste le tra­vail de ces juges ? « Se­lon leur spé­cia­li­sa­tion, ils se chargent de suivre les conten­tieux ou les pro­cé­dures col­lec­tives. Ce­la com­mence tou­jours par une re­cherche de conci­lia­tion, avec les ou­tils dont dis­pose le tri­bu­nal. Mais ce­la peut abou­tir à un trai­te­ment ju­di­ciaire des dif­fi­cul­tés : sau­ve­garde, re­dres­se­ment, voire mal­heu­reu­se­ment li­qui­da­tion ju­di­ciaire… »

Quelle quan­ti­té de tra­vail ce­la re­pré­sente-t-il et les juges sont-ils payés ? « Tout d’abord, je sou­ligne que l’ac­ti­vi­té des juges est du bé­né­vo­lat com­plet. Mais c’est un tra­vail lourd qui re­quiert des connais­sances par­ti­cu­lières. C’est pour­quoi la for­ma­tion de ces juges est aus­si im­por­tante et ré­gu­liè­re­ment mise à jour. Concrè­te­ment, l’en­ga­ge­ment d’un juge re­pré­sente de quatre à huit jours de tra­vail par mois. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.