Une pro­duc­tion contrai­gnante

La Montagne (Brive) - - Six Jours Chez Vouz -

Un bé­bé qui a be­soin de sé­ré­ni­té, de dou­ceur et de beau­coup de soins. Ces condi­tions spé­ci­fiques rendent l’éle­vage du veau de lait sous la mère par­ti­cu­liè­re­ment as­trei­gnant. « Il né­ces­site des struc­tures pas trop grosses, le veau de lait de­man­dant beau­coup de tra­vail. Trois heures le ma­tin et le soir, à ho­raires ré­gu­liers, l’éle­veur lâche les veaux par 2 ou 3 maxi­mum. S’il a trente veaux à faire té­ter, ça prend du temps. D’au­tant qu’il doit veiller à ce que le veau n’aille pas té­ter sa mère en cou­rant », sou­ligne Jacques Bou­dy, se­cré­taire de la Confré­rie du veau de lait éle­vé sous la mère du pays d’ob­jat. C’est à ce prix-là que le veau se­ra va­lo­ri­sé et sa viande blanche à sou­hait. « L’agri­cul­teur qui fait du veau de lait ne peut pas faire autre chose. S’il le fait bien, il en vit bien ; mais c’est un tra­vail à 100 % ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.