Les fes­ti­va­liers se font ti­rer le por­trait

L’as­so­cia­tion dresse le bi­lan de la 14e édi­tion du fes­ti­val et fait le por­trait­ro­bot des fes­ti­va­liers

La Montagne (Brive) - - Brive Vivre Sa Ville - Ca­ro­line Gi­rard brive@cen­tre­france.com

D’où viennent-ils, quel âge ont-ils, com­bien de temps sont-ils res­tés… Cette an­née, les or­ga­ni­sa­teurs du fes­ti­val de Gi­gnac ont réa­li­sé une en­quête pour tout sa­voir de leurs fes­ti­va­liers.

Quelques com­merces, une poi­gnée d’ha­bi­tants dans le bourg, et une tran­quilli­té pal­pable. À l’an­née, il n’y a que 700 âmes qui na­viguent dans les rues de Gi­gnac. Mais du­rant les trois jours du fes­ti­val, la donne change. Cette an­née en­core, le der­nier week­end du mois de juillet a trans­for­mé la ci­té lo­toise et a ac­cueilli 30.000 per­sonnes.

Les tren­te­naires, rois de la plaine

Les plus nom­breux sur le fes­ti­val cette an­née, ce sont les plus jeunes. 68 % de 16­29 ans, et en deuxième po­si­tion, les 30­49 ans. Un pu­blic jeune, donc, et fé­mi­nin aus­si. À 61 %, les fes­ti­va­liers de 2016 étaient des fes­ti­va­lières. Du cô­té de la pro­ve­nance, les es­ti­ma­tions ont don­né ga­gnants les Lo­tois, pré­sents à 27 %. Sur la deuxième place du po­dium, les dé­par­te­ments ex­té­rieurs à 25 %, et en­fin les Cor­ré­ziens, à 11 %.

On vient (presque) que pour la mu­sique

Le fes­ti­val Ecaus­sys­tème, c’est aus­si des ren­contres avec des ac­teurs de l’en­vi­ron­ne­ment, des jour­nées de sen­si­bi­li­sa­tions me­nées par les as­so­cia­tions… Mais à ma­jo­ri­té, les fes­ti­va­liers viennent avant tout pour une seule et même chose : la mu­sique. Pe­tit bé­mol pour les jour­nées éco­ci­toyennes donc, bou­dées par 59 % des pré­sents. Idem pour la con­fé­rence qui avait pour thème cette an­née les en­jeux mi­gra­toires du XXIE, où seuls 14 % des son­dés y ont as­sis­té.

Bon point éco­lo et bonne so­no

« Ce sont des ac­tions an­nexes au fes­ti­val. Elles sont en place de­puis très long­temps mais le pu­blic vient pour la pro­gram­ma­tion payante. La scène off the sys­tem, pour­tant gra­tuite, est elle aus­si moins fré­quen­tée », pré­cise Jo­ris Gau­chet, membre de l’as­so­cia­tion or­ga­ni­sa­trice.

Si les ani­ma­tions ex­té­rieures aux concerts at­tirent plus dif­fi­ci­le­ment le cha­land, il n’a ce­pen­dant pas de mal à être convain­cu par le cô­té « éco­fes­ti­val ». 90 % d’entre eux ont ap­prou­vé les in­fra­struc­tures mises en place par l’or­ga­ni­sa­tion : sur les trois jours de fes­ti­val, pas moins 400 m³ d’eau ont en ef­fet pu être éco­no­mi­sés grâce, no­tam­ment, à l’ins­tal­la­tion de toi­lettes sèches. Sur le pont pour faire la chasse au tri, les bé­né­voles ont ré­col­té six tonnes de verre, deux tonnes de re­cy­clables et sept d’or­dures mé­na­gères. « Les sa­ni­taires sont tou­jours source de pro­blème mais ce­la fait par­tie du jeu des fes­ti­vals. De ma­nière gé­né­rale, c’est as­sez bien per­çu ». C’est en tout cas ce que confirment 63 % des son­dés. Et pour les in­sa­tis­faits mal­heu­reu­se­ment, « nous avons beau construire de nou­velles toi­lettes chaque an­née, il n’y en au­ra ja­mais un pour tout le monde. Ca fait par­tie du jeu des fes­ti­vals ! ». ■

PHO­TO : GWEN TEYS­SE­DOU

PU­BLIC. Cette an­née, le fes­ti­val Ecaus­sys­tème a bat­tu des re­cords d’af­fluence avec près de 30.000 vi­si­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.