Le mo­dèle amé­ri­cain à la sauce CSP

G2 Stra­té­gic conseille le CSP de­puis un an et de­mi

La Montagne (Brive) - - Sports Limousin - Ké­vin Ro­man

De­puis un an et de­mi, un ca­bi­net de conseil en stra­té­gie et mar­ke­ting spor­tif, G2 Stra­té­gic tra­vaille avec le Li­moges CSP. Son P-DG, Mar­shall Glickman était de pas­sage à Li­moges, hier.

« Le monde change, il n’y a pas de rai­son que l’on ne change pas aus­si », es­time Fré­dé­ric Forte. Alors de­puis une sai­son, le pré­sident du Li­moges CSP tra­vaille avec Mar­shall Glickman, P­DG de G2 Stra­té­gic, un ca­bi­net de conseil en stra­té­gie et mar­ke­ting spor­tif. Un pré­sident. Il a oc­cu­pé ce poste au sein de la fran­chise NBA des Port­land Trail Bla­zers. Un fon­da­teur. Il a créé la fran­chise de soc­cer des Port­land Tim­bers, qui joue dé­sor­mais en MLS (la 1re di­vi­sion amé­ri­caine). Un conseiller. De­puis 2002, il a ap­por­té son sa­voir-faire à l’eu­ro­ligue, à la Fé­dé­ra­tion Fran­çaise de Ten­nis et à la Ligue de Foot­ball Pro­fes­sion­nelle. Au­jourd’hui. Il tra­vaille avec le Li­moges CSP et An­tibes pour le bas­ket, le Stade Fran­çais Pa­ris et La Ro­chelle pour le rug­by. 1

Ce qui a dé­jà été fait ? « Dé­sor­mais, toutes les ren­contres de la sai­son à Beau­blanc sont dis­po­nibles à la vente. C’est un plus pour nous en termes de tré­so­re­rie. Sur­tout, le spec­ta­teur va pou­voir an­ti­ci­per les matchs qu’il sou­haite voir », avance Fré­dé­ric Forte.

Cette sai­son marque aus­si l’ap­pa­ri­tion du Gol­den Pass, un sé­same qui per­met de voir les cinq plus grandes af­fiches de la sai­son ré­gu­lière (Gra­ve­lines, Mo­na­co, Stras­bourg, Pau et l’as­vel). « On veut at­ti­rer le spec­ta­teur qui ne veut pas payer des ti­ckets pour une sai­son en­tière, ana­lyse Mar­shall Glickman. Ce pass per­met de vivre cinq grandes af­fiches de l’in­té­rieur. Ce sont tou­jours des gros matchs donc l’ex­pé­rience se­ra en­core plus belle. » 2

Quelles idées pour la suite ? L’an­cien pré­sident des Port­land Trail Bla­zers l’af­firme : « Le club doit s’adap­ter aux idées contem­po­raines et à ce que veut le fan. Il faut in­ter­ve­nir sur l’ac­cueil du pu­blic afin qu’il puisse vi­ vre le meilleur des mo­ments. Li­moges doit se ser­vir de l’at­mo­sphère qui règne dans sa salle, de ses sup­por­ters qui sont d’une fer­veur in­com­pa­rable pour ré­flé­chir à une nou­velle fa­çon de leur of­frir une ex­pé­rience to­tale ».

La ré­flexion est dé­jà en­ga­gée. « On a des di­zaines d’idées qui passent de l’ins­tal­la­tion du Wi­fi à pour­quoi ne pas avoir notre propre bras­se­rie (l’ac­tuelle à Beau­blanc n’est pas gé­rée par le CSP). Les gens viennent à Beau­blanc pour dé­jà vivre une ex­pé­rience. On ne veut pas y tou­cher, on veut juste la ren­for­cer », lance le pré­sident Forte. La for­ma­tion d’un pa­nel de sup­por­ters est en ré­flexion, afin de sa­voir leurs réelles at­tentes. 3

Li­moges reste à part. La vo­lon­té de chan­ger est réelle du cô­té du pré­sident Forte. Mais la réa­li­té li­mou­geaude est dif­fé­rente. Ré­flé­chir à comment sa­tis­faire les spec­ta­teurs à Beau­blanc est une bonne chose. Mais cette salle se fait vieille (1981) et au­jourd’hui, elle ne ré­ pond plus aux exi­gences du sport spec­tacle. De plus, elle ap­par­tient à la mai­rie de Li­moges. Donc les dé­ci­sions de chan­ge­ment ne sont prises que par les élus.

Si deux écrans géants ont été ins­tal­lés et qu’une so­no est pré­vue pour Noël, ce­la reste en­core in­suf­fi­sant pour per­mettre au Li­moges CSP de ren­trer dans une nou­velle di­men­sion. ■

QUI EST MAR­SHALL GLICKMAN ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.