LA CROIS­SANCE, MO­DÉ­RÉE EN 2016, RALENTIRA EN 2017 SE­LON LE FMI

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

ZONE EU­RO. Loin des ob­jec­tifs. La crois­sance de la zone eu­ro de­vrait res­ter mo­dé­rée en 2016, puis ra­len­tir en 2017, mal­gré une très lé­gère in­fla­tion, celle­ci res­tant en­core bien éloi­gnée des ob­jec­tifs de la Banque cen­trale eu­ro­péenne, se­lon les pré­vi­sions du Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal pu­bliées hier. Dans son rap­port sur l’éco­no­mie mon­diale, le FMI ré­éva­lue lé­gè­re­ment à la hausse sa pré­vi­sion de crois­sance pour 2016, qui de­vrait s’éle­ver à 1,7 %, contre une es­ti­ma­tion de 1,6 % en juillet. La crois­sance de­vrait en­suite ra­len­tir pour tom­ber à 1,5 % en 2017, contre 1,4 % en juillet. « Un pé­trole bon mar­ché, une ex­pan­sion bud­gé­taire mo­dé­rée en 2016 et une po­li­tique mo­né­taire ac­com­mo­dante, sou­tien­dront la crois­sance », es­time le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal. La plu­part des dix­neuf pays de la zone eu­ro de­vraient donc en­re­gis­trer un ra­len­tis­se­ment de leur crois­sance en 2017, se­lon le FMI, qui table, par exemple pour l’al­le­magne, sur un taux de crois­sance de 1,7 % en 2016 et 1,4 % en 2017. La France, elle, de­vrait conser­ver en 2016 et en 2017 le taux de crois­sance de 1,3 % qui était le sien en 2015. L’es­pagne gar­de­ra une crois­sance éle­vée en 2017, à 2,2 %, mais moins im­por­tante qu’en 2016 (3,1 %). En­fin, la Grèce de­vrait re­nouer avec la crois­sance en 2016 (+ 0,1 %), mais sur­tout en 2017 (+ 2,8 %). ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.