Un plan pour les cé­réa­liers

Les ré­coltes ont été dé­ci­mées par les in­tem­pé­ries du prin­temps

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Le gou­ver­ne­ment a dé­voi­lé, hier ma­tin, un nou­veau plan d’aide à l’agri­cul­ture, pour sou­te­nir en par­ti­cu­lier les cé­réa­liers et les éle­veurs.

L’État va ga­ran­tir la moi­tié des prêts des agri­cul­teurs en dif­fi­cul­té, afin de leur per­mettre d’em­prun­ter au­près de leurs banques aux mêmes taux que s’ils étaient en bonne san­té fi­nan­cière.

Face à une ré­colte cé­réa­lière en chute de près de 30 % après les in­tem­pé­ries ca­tas­tro­phiques du prin­temps, qui s’ajoute à une crise per­sis­tante de l’éle­vage et du sec­teur lai­tier, l’exé­cu­tif avait pro­mis un plan de sou­tien dès juillet. No­tam­ment en ma­tière de re­fi­nan­ce­ment ban­caire, alors que de nom­breux agri­cul­teurs sont étran­glés par les dettes.

Le gou­ver­ne­ment va éga­le­ment aug­men­ter l’en­ve­loppe at­tri­buée aux aides à la re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle des agri­cul­teurs et mettre en place avec la Sé­cu­ri­té so­ciale agri­cole (MSA) des pos­si­bi­li­tés de rem­pla­ce­ment gra­tuit pour les ex­ploi­tants vic­times d’épui­se­ment pro­fes­sion­nel (burn out), mais aus­si da­van­tage de re­traites an­ti­ci­pées, a pré­ci­sé le mi­nistre de l’agri­cul­ture, Sté­phane Le Foll.

« Il fal­lait ces me­sures fortes pour ré­pondre à la si­tua­tion d’ur­gence créée par la conju­gai­son d’ac­ci­dents cli­ma­tiques et de crise de mar­ché. Pour évi­ter des dé­pôts de bi­lan mas­sifs et per­mettre aux ex­ploi­tants agri­coles de pas­ser ce cap dif­fi­cile », a ju­gé Ma­nuel Valls.

Entre 50.000 et 80.000 ex­ploi­tants de­vraient bé­né­fi­cier de la ga­ran­tie pu­blique, se­lon le gou­ver­ne­ment.

« Il faut en­core s’en­det­ter »

Con­crè­te­ment, l’état va abon­der un fonds de ga­ran­tie, via la banque pu­blique Bpi­france, à hau­teur de 50 à 100 mil­lions d’eu­ros. Ces fonds doivent à leur tour per­mettre aux banques pri­vées (Cré­dit agri­cole, Cré­dit mu­tuel et Banque po­pu­laire, les trois poids lourds du sec­teur agri­cole) de prê­ter 1,5 mil­liard d’eu­ros. Ob­jec­tif : « que les taux d’in­té­rêt soient les plus bas, quelle que soit la si­tua­tion de l’agri­cul­teur », se­lon Sté­phane Le Foll. En cas de non­rem­bour­se­ment, l’autre moi­tié des pertes res­te­ra à la charge des banques pri­vées, afin d’évi­ter des ef­fets d’au­baine.

Le pa­tron de la FNSEA, Xa­vier Beu­lin, a es­ti­mé « im­por­tant » que le gou­ver­ne­ment prenne acte de la si­tua­tion de crise, tout en de­man­dant une clause de re­voyure du dis­po­si­tif dès la fin no­vembre. Il a es­ti­mé que les me­sures so­ciales n’étaient pas « suf­fi­santes ».

Jé­ré­my De­cerle, pré­sident de Jeunes Agri­cul­teurs, a in­di­qué qu’il se­rait « très vi­gi­lant sur la des­ti­née des ex­ploi­ta­tions » dont les pro­prié­taires choi­si­raient de sor­tir de l’agri­cul­ture.

« C’est bien d’ac­com­pa­gner les gens vers la sor­tie, ce se­rait en­core mieux s’il y avait en pa­ral­lèle un ac­com­pa­gne­ment vers l’en­trée » dans le mé­tier, a­t­il dé­cla­ré.

Sur le ter­rain, dans l’es­sonne, un agri­cul­teur cé­réa­lier s’est conten­té de sou­pi­rer, en re­qué­rant l’ano­ny­mat : « Le pro­blème avec ce plan, c’est qu’il faut en­core s’en­det­ter. » ■

PHO­TO AFP

SOU­TIEN. L’exé­cu­tif avait pré­vu un plan dès juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.