SYN­DI­CATS

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

« Dans le bon sens » mais « être vi­gi­lant » Les syn­di­cats, qui avaient ap­pe­lé à une ma­ni­fes­ta­tion ayant ras­sem­blé près de 300 per­sonnes, hier, étaient dans l’en­semble sa­tis­faits du plan, mais pru­dents sur la sur­vie du site à long terme. Les an­nonces du gou­ver­ne­ment vont « dans le bon sens, mais il fau­dra être vi­gi­lant », a ré­agi An­dré Fages, dé­lé­gué CFE-CGC du site de Bel­fort, qui es­père que le pri­vé pren­dra le re­lais des com­mandes pu­bliques : « Nous ne pou­vons pas comp­ter que sur l’etat ». « Au­jourd’hui, Bel­fort n’est pas rayé de la carte. Pas pour tou­jours, mais c’est dé­jà pas mal », s’est fé­li­ci­té Pas­cal No­ve­lin, dé­lé­gué CGT du site, qui sou­haite « que le TGV du fu­tur soit fa­bri­qué à Bel­fort ». L’etat va « une fois de plus faire payer la note aux tra­vailleurs du rail », a pour sa part ré­agi SUD-RAIL, troi­sième syn­di­cat à la SNCF. Les che­mi­nots « ne doivent pas ser­vir, une fois de plus, de va­riable d’ajus­te­ment aux dé­ci­sions po­li­tiques élec­to­ra­listes prises dans l’ur­gence », ajoute Laurent Cour­tois. « Si cette com­mande de TGV doit être di­rec­te­ment pas­sée par l’etat, dans la pra­tique, c’est nous qui al­lons en­tre­te­nir et faire rou­ler ces trains alors que l’on a dé­jà un parc ex­cé­den­taire. » SUD-RAIL re­doute que les « sur­coûts » in­duits ne se tra­duisent par « des sup­pres­sions de postes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.