« Les ac­com­pa­gner dans leurs rêves »

Ren­contre avec Julien Bo­lo­ta, le nou­veau di­rec­teur de la struc­ture

La Montagne (Brive) - - Sport - Xa­vier Georges Twit­ter : @Xa­vier – Georges

Sta­giaire au cô­té de David Gi­raud du­rant quatre an­nées, Julien Bo­lo­ta a pris la suite de son men­tor de­puis un mois, à la tête du pôle Es­poirs cy­clisme du Li­mou­sin, à Gué­ret. Pré­sen­ta­tion du nou­veau jeune di­rec­teur, de ses mo­ti­va­tions et de ses am­bi­tions.

Son par­cours. « Je suis né à Pau le 19 mai 1993. Je suis ti­tu­laire d’une li­cence STAPS à Tarbes et j’ai été sta­giaire au pôle de Gué­ret pen­dant quatre ans au cô­té de David Gi­raud. J’ai com­men­cé par des stages d’ob­ser­va­tion, puis je suis de­ve­nu va­ca­taire tech­nique pour les vé­té­tistes Tho­mas Bon­net et Ra­phaël Gay. Et lors de la sai­son 2015­2016, le pôle a été ma struc­ture d’ac­cueil pour faire va­li­der mon di­plôme d’état en VTT.

J’ai moi­même com­men­cé le vé­lo à 12 ans. J’ai par­ti­ci­pé plu­sieurs fois aux Tro­phées de France avec l’équipe d’aqui­taine en VTT. En Ju­niors et en Es­poirs, j’ai pris part aux Coupes de France de cross­coun­try et pen­dant deux sai­sons à des Coupes du monde d’en­du­ro. »

Sa vo­ca­tion d’en­traî­neur. « J’ai vite vu que je ne per­ce­rai pas en in­di­vi­duel. Et comme je n’ai ja­mais eu un sui­vi dans l’en­traî­ne­ment ou dans l’en­ca­dre­ment, j’ai vou­lu me tour­ner vers ce­la. Prendre la place en quelque sorte de ceux qui n’avaient pas été là pour moi et ac­com­pa­gner les jeunes.

Ce­la m’a tou­jours plu de conseiller et de faire pro­gres­ser les gens. J’aime ti­rer le meilleur de cha­cun. Et l’échange et le dia­logue sont im­por­tants pour moi. Je vois ma fonc­tion comme un ac­com­pa­gne­ment au sens large. La prise en compte de la vie per­son­nelle est im­por­tante. »

Sa fonc­tion de res­pon­sable du pôle. « Je suis di­rec­teur du pôle Es­poirs cy­clisme du Li­mou­sin de­puis le 1er sep­tembre. C’était un rêve. J’avais l’idée de créer une telle struc­ture près de chez moi à Pau. Je suis fi­na­le­ment tom­bé sur la bonne struc­ture et la bonne per­sonne avec David.

C’est l’un des meilleurs en­traî­neurs. Il est très à l’écoute, ses ré­sul­tats plaident pour lui. Et il a eu cette vo­lon­té de me for­mer. J’ai beau­coup ap­pris de lui, de ses mé­thodes et de ses tech­niques d’en­traî­ne­ment. Comment gé­rer un groupe ? Comment le ti­rer vers le haut ? Faire la moi­tié de ce qu’il a fait se­rait une très grande réus­site.

Le CTS Fran­çois Tra­rieux a éga­le­ment été très im­por­tant pour moi. C’est une fier­té d’être à ce poste. J’ai hâte de faire mes preuves, de voir le groupe gran­dir avec moi et de voir jus­qu’où je peux l’em­me­ner. »

Sa fa­çon de tra­vailler. « J’ai été for­mé par David, donc je suis très proche de sa fa­çon de faire. Après, je suis éga­le­ment at­ta­ché à l’as­pect tech­nique, comment uti­li­ser son vé­lo. Je peux ap­por­ter beau­coup, dès cet hi­ver en cy­clo­cross. D’un point de vue men­tal, j’ai be­soin d’être proche des cou­reurs pour en ti­rer le meilleur et les trans­cen­der. C’est quelque chose que j’aime. »

Les am­bi­tions. « Dès cet hi­ver, en cy­clo­cross, l’ob­ jec­tif est de per­pé­tuer la tra­di­tion et d’être pré­sent sur les ren­dez­vous na­tio­naux, aus­si bien sur les manches de Coupe de France qu’au Cham­pion­nat. Nous avons, je pense, de belles cartes à jouer.

À plus long terme, j’ai­me­rais in­té­grer des vé­té­tistes dans la struc­ture et faire pro­fi­ter de ma spé­cia­li­té, sa­chant que nous comp­tons cette an­née trois nou­veaux in­ternes et qu’ils sont plus route et cy­clo­cross comme la ma­

jo­ri­té de l’ef­fec­tif. Et puis, l’idée est d’être ca­pable de dé­fendre le pôle et qu’il per­dure le plus long­temps pos­sible, mal­gré les in­cer­ti­tudes liées à la nou­velle ré­gion. »

Ses en­vies per­son­nelles. «Je passe der­rière un en­traî­neur qui a eu des ré­sul­tats ex­cep­tion­nels. Il faut que je fasse mes preuves pour être à la hau­teur. Mais j’aime le haut ni­veau. Je me lève le ma­tin pour les jeunes, pour les ac­com­pa­gner jus­qu’au meilleur ré­sul­tat. Il faut rê­ver grand. Je peux avoir un fort ca­rac­tère, mais je pré­fère nouer une re­la­tion de confiance. Ces jeunes ont tous de grands rêves, le but est que j’en fasse par­tie et que je les ac­com­pagne. » ■

PHO­TO THO­MAS JOUHANNAUD

MO­TI­VA­TIONS. Julien Bo­lo­ta : « J’aime le haut ni­veau et j’aime ti­rer le meilleur de cha­cun. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.